Ronde de nuit – Christian Satgé

 

Cycle historique

 

À l’heure où dame la Lune bombe son ventre,
Le dos courbatu et les bras brisés, je rentre
Enfin prendre quelque repos bien mérité.
Défait, cassé, fourbu, je fonce m’aliter :
Au mépris de la faim qui m’étreint, je m’abats
De tout mon long, de tout mon poids, sur le grabat
Quand, sous ma fenêtre, se glisse une lanterne.
Résonne aussitôt sur les pavés silencieux :

« Il est dix heures par la ville et ses poternes ! »
C’est le veilleur qui hurle et rajoute, spécieux :
« Dormez en paix, bourgeois et autres bonnes gens :
Du marchand de sable, je suis un bon agent ! »

Les cris de ce dindon qui, nuitamment, se paonne
Me mettent, sur le champ, le roupillon en panne.
Je tourne, et retourne, dans mon lit brouillonné ;
J’ai l’œil rouge et hagard, l’esprit tout chiffonné.
Mais, les heures passant, la torpeur me reprend…
Délicatement, dans ses bras, Morphée me prend
Quand, sous ma fenêtre, s’avance une lanterne.
Résonne aussitôt sur les pavés silencieux :

« Il est minuit dix par la ville et ses poternes ! »
Encore ce veilleur qui meugle sous les cieux :
« Dormez en paix, bourgeois, bonnes et braves gens :
Les archers préservent vot’ sommeil, vot’ argent ! »

 

Le guet fait défiler sa patrouille en cohorte
– Et au pas cadencé ! – juste devant ma porte
Piétinant le somme que j’ai imprudemment
Commencé depuis peu, répit d’un bref moment
Volé à l’insomnie et aux bruits de la nuit…
Tard, à bout de tout, ma paupière vainc l’ennui
Quand, sous ma fenêtre, circule une lanterne.
Résonne aussitôt sur les pavés silencieux :

« Il est deux heures par la ville et ses poternes ! »
C’est toujours ce veilleur qui me beugle, insoucieux.
« Dormez en paix, bourgeois et autres bonnes gens :
Le contingent, pour vous, est toujours diligent ! »

À bout de nerfs, je lui balance drap, chaussure,
Chat, pot de chambre et plats. Une chose est bien sûre :
C’est un vrai supplice !… Quel être survivrait
Au fracas tracassier de cet âne qui braie ?
Me voilà renfrogné, et plus encore à cran…
Puis, abattu, enfin, je m’endors en sacrant
Quand, sous ma fenêtre, repasse une lanterne.
Résonne aussitôt sur les pavés silencieux :

« Il est quatre heures par la ville et ses poternes ! »
Maudit soit ce veilleur qui gueule, sentencieux :
« Dormez en paix, bourgeois, bonnes et braves gens :
Calme et repos, votre sergent va protégeant ! »

Plus exténué que jamais, la somnolence
Qui me venait, tout à l’heure, ne me relance
Qu’avec l’épuisement tardif de mon sommier.
Qui dit que les veilleurs nous quittent les premiers ?
Mais ma quiétude est brisée, ô fin du fin,
Par la relève du guet qui arrive enfin…
Or, à ma fenêtre, point une lueur terne ;
Déjà tonitruent, sur les pavés, les essieux…
Il est six heures et je suis plus blanc qu’une sterne.
Tu as enfin fini, gardien bien malicieux,
Ton nocturne labeur d’appels désobligeants,
Ce tapage incessant qui me fait rageant…
Or, comme le jour et la nuit toujours alternent,
Tu pars dormir chez toi, près du beffroi, Monsieur
Le guetteur que chacun, ici, souffre en silence.
C’est là que, toutes les demi-heures, en cadence,
Pour te passer l’envie de nous tyranniser,
Moi, je vais me venger et te tympaniser.
Car si toi tu es le veilleur, insigne honneur,
Je suis, ici-bas, le nouveau CA-RI-LLO-NEUR !

© Christian Satgé – juin 2011

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

40 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
9 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Georges Cambon
Membre
17 septembre 2018 16 h 06 min

vous êtes de la veine poétique de Nougaro et de Laborde(celui qui avait défrayé la chronique il y a quelques temps), j’avoue ne pas être capable de faire un texte aussi long! bravo!

Fattoum Abidi
Membre
17 septembre 2018 12 h 58 min

Bravo Christian très beau texte agréable à lire bravo
J’ai aimé aussi la bonne chute
Belle journée
Mes amitiés
Fattoum.

Anne Cailloux
Membre
17 septembre 2018 9 h 51 min

Très belle chute…
Que j’aime cette lune qui bombe sont ventre
Encire un bel écrit avec un humour comme j’aime
Anne

Nguyen Thi Minh Hon
Membre
17 septembre 2018 1 h 43 min

Excellente chute ! Bravo !