“Maquillages” – Alexandre Alpeyrie

Naturelle et sans fard
Elle fonce dans la nuit
Toi, voiturette sans permis
Et des motos risée
Tu continues à croire
Que tu peux l’attraper

Trop gros pour la petite trappe
Tu es resté coincé
Elle ? Finesse délicate
Elle a déjà filé, te trouvant collant
Et tu t’en mord les poings
Peu de vie au point mort
Tu restes un imbécile…
Trop facile à tromper

Ses fossiles lourds à porter
Sur tes yeux déjà fermés
Tu voudrais faire l’amour
Mais même tes regards biaisés
Ne trompent plus personne
Elle a déjà donné

À un autre que toi
Elle a abandonné
Son corps, ses mains ses doigts
À un autre que toi

Tu espères vert
Et elle voit rouge

Ses couleurs aussi lui sautent au visage

Et tu pars en rêvant…..
Tu remets un peu de noir
Pour finir la toile sombre
Qui recouvre ta nuit blanche

Le maquillage s’en va,
Le maquillage, c’est rien
Mais toi, si tu veux bien

Tu peux rester.

Demain,
Tout sera vrai…

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

13 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires