La journée du chien – Raymond Delattre

Léon se sait fort comme un lion. Quand il a publié son article sur le Net, c’est avec la certitude qu’il serait lu par des milliards de gens, par tous les habitants de la planète.
Le docteur Faust, brillant savant, invite Satan, chef des armées, sur Messenger.
Pour quel marché de dupe ?
C’est à qui perd gagne.
Si l’eau des pâtes bout, il est conseillé de se déconnecter de l’ordinateur.
Doit-on croire aux phénomènes paranormaux pour mieux s’adapter à la Société ?
Aujourd’hui le chien pourra se reposer du matin jusqu’au soir et puis encore toute la nuit.
On construit des buildings toujours plus hauts pour éviter que les appartements s’entassent trop les uns dans les autres.
Est-il encore nécessaire de comparer l’infiniment petit et le moyennement médiocre avec l’infiniment grand pour démontrer que, tout étant relatif, tout est rien ou presque rien observé à partir d’une certaine distance.
Tandis que son maître fait le ménage dans le petit appartement, que surveille le chien couché docilement sur son plaid ? Il attend le moment où Léon enlèvera ses vêtements de travail et remettra sa tenue de ville, car c’est le signal de la promenade !
(3/6/2017)

4 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

8 vues
Raymond Delattre

Raymond Delattre (100)

Belge francophone. Réalise un "Atlas universel des Peuples depuis 2000 avant notre ère jusqu'à l'an 2000". Publie en 2016 le recueil de poèmes en prose "Bric-à-brac" chez Edilivre. En 2017 je choisis Atramenta pour mon livre ethno-historique "Langues et origines des peuples de l'Europe antique". Un nouveau recueil de poèmes "Comme dans un conte" chez Atramenta et plusieurs E-books gratuits sur ce site (dont certains peuvent être téléchargés). Un nouveau livre (publié officiellement mais en numérique) : "Les peuples de culture sibérienne" sur les tribus autochtones du Grand Nord eurasiatique. Mon prochain livre sera sur les tribus autochtones du Bassin de l'Amazone.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires