Echéance – Martine Brûlé

Sans titre

Comme un air non feint de nouveau m’étreint
Sous le traversin je ne rejoins plus ta main
Au rythme de débats qui ont perdu l’éclat
Et deviennent combats pour nous mener bien bas

Deux corps à corps sans accord qui se dressent encore
Pour défier le sort d’une fin qu’on sent éclore
Prostrés dans des “pourquoi” qui ne forment qu’une croix
D’un lit trop étroit qui ne cueille plus nos joies

Au soir de courts bonsoirs tout barbouillés de noir
Qui cultivent l’espoir de prolonger l’histoire

Pourtant c’est en chantant qu’arrive le printemps
Porteur d’une lueur bravant le mauvais temps

Défiant l’échéance couvert d’une nouvelle chance
D’une alternance ou d’autres espérances

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

1 vue
Martine Brûlé

Martine Brûlé (47)

Je m'appelle donc Martine ... et je suis née le l8/10/1966 à Rouen. De formation initiale en communication j'ai longtemps travaillé pour les municipalités d'Yvetot et d'Elbeuf.
Je suis actuellement chargée de documentation à la Fabrique des Savoirs, pour le compte de la métropole de Rouen. Je participe depuis une petite année à un atelier d'écriture.
J'ai toujours aimé lire et j'écris depuis ... que j'ai appris à le faire, sauf qu'aujourd'hui j'ose enfin partager un peu.
http://martine-brule.blog4ever.com

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
11 mai 2016 17 h 30 min

C’est beau, c’est concis… mort et renaissance de l’amour. Bravo Martine