On cherche la vraie vie – Fattoum Abidi

On cherche la vraie vie

 

On cherche la vraie vie,

Elle nous fuit,

On cherche la vraie mélodie,

Elle nous salue.

 

Nous sommes à la recherche éternelle,

D’une vie heureuse.

On fuit dans les sillons de la vie,

On cherche et on se perd dans nos éphémères réalités.

 

Les désarrois de la vie

Nous apprennent à comprendre l’existence

Mais la complexité de la personnalité

Nous tire en arrière car cette dernière se philosophe dans un éternel  délire.

 

On construit des beaux châteaux, dans nos mémoires,

On dessine des belles étoiles afin d’égayer nos trames,

On écrit des mélodies afin d’épater nos oreilles,

On veut le bonheur qui se présente dans une silhouette indécise.

 

Nos souffrances se rétrécirent  discrètement et  elles se plient,

Afin d’oublier les mauvais détours,

D’une  vie incomprise  et qui se cherche

Un bonheur humain où la colombe est soucieuse.

 

Nos cerveaux sont remplis des idées indéterminées,

Elles enfantent  d’autres  pensées inlassables,

On cherche un bonheur impérissable

Et par contre la vie est éphémère et  insaisissable.

© Fattoum Abidi 6.4.2015.

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

8 vues
Fattoum Abidi

Fattoum Abidi (1)

Après des études universitaires en philosophie à Tunis et en littérature française à la Sorbonne Paris IV, Fattoum Abidi, Tunisienne d’origine, est aujourd’hui fonctionnaire à la télévision.
Depuis l’âge de 14 ans, elle aime écrire et peindre. Elle a d’ailleurs trois romans à son actif en cours d’achèvement. Et elle prépare ses expositions personnelles de peinture dans l'art contemporain. Et elle a participé dans des e books de poésie avec des poètes de tous les coins du monde suite à des concours de groupes sur facebook

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Eric de La Brume
Membre
27 juin 2018 10 h 45 min

Beau texte! Comprendre les mystères de la vie, le mythe de la recherche du bonheur. Comprendre la vie ? On la comprend tous à sa manière suivant son vécu. Il y a une chanson qui est devenue chanson fétiche pour moi, celle de Jean Gabin: Je sais qu’on ne sait jamais. On apprend et découvre tous les jours. Ouvrir une porte vers la connaissance, c’est en découvrir mille autres. Ce que tu dis ici est bien vrai:

“On construit des beaux châteaux, dans nos mémoires,
On dessine des belles étoiles afin d’égayer nos trames,
On écrit des mélodies afin d’épater nos oreilles,”

et je crois qu’il le faut pouvoir faire ça. De la part d’un vieux rêveur.