Aubes – Salvator Batty

Aubes

 C’est un autre matin et vous vous réveillez

Chaque jour nouveau identique au passé

Aujourd’hui et hier une vie sans attrait

Y a -t-il si longtemps que l’aube vous tirait

De votre petit lit, vous jetait dans la vie

Trouvant en permanence des raisons de l’aimer?

Ce miracle de l’enfance vous vous en souvenez.

 

Après ce temps d’amour il y eut l’effervescence

D’un moment de rupture nommé adolescence

Quand vous avez compris que la terre elle aussi

Avait une face cachée soulevant un non-dit.

Et ce fut une autre ère un volcan était né

Obscurcissant le ciel crachant de la fumée

Noyant les conventions sous des laves de désirs

Éclatant la routine par des cascades de rires.

 

Il faut pouvoir survivre sans grandes exigences

Concéder qu’un hiver banal gèle l’existence

 Renommer sa défaite et l’appeler sagesse

De plaisirs minuscules tirer une grande ivresse.

Quand les heures n’ont d’autre but que de passer

Qu’il est dur de trouver des raisons d’exister.

 

Touchant le fond parfois on trouve son diamant

Il avait un cœur d’or un magnifique amant

Une perle attirée par les causes perdues

Il vous aima si fort que l’ombre disparut

La magie de ses mains donnait à votre corps

Des allures de voilier qui s’éloigne du port

Allant vers le rivage adulte sans retour

Il inventa pour vous une qualité de jour.

 

La fatigue a noyé le héros des jours sombres

Qui tissait dans la nuit des tapis d’évasion

Sur sa poitrine s’échouait toutes les déceptions

La clarté de ses yeux est inondée par l’ombre

Et son souffle a perdu cette houle fertile

Qui poussait votre voile loin des questions stériles.

Au bord de la vieillesse vous aviez oublié

Que tout perd sa substance comme une pile usée.

 

Dans le songe éveillé de notre quotidien

Il faut se souvenir d’où l’humanité vient

Pas seulement d’une étreinte poussée par le désir

De faire un fils d’homme beau fruit de l’avenir.

Un enfant de la chair est aussi fils de Dieu

Votre nature spirituelle inspire cette intuition

Qu’une part de l’humain s’engendre dans les Cieux

Filiation qui libère de toute religion.

 

En vous maintenant une nouvelle force palpite

Pouvoir recréer l’aube une science inédite

Dans les plis du cerveau se trouve son mode d’emploi

Si vous réussissez à faire le bon choix

Il faudra pour cela renouveler vos sens

Qui aiment bien se fier au culte des apparences

Vous changer en dedans construire la délivrance

D’un monde merveilleux énergie d’espérance.

 

©2017 Salvator Batty

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

51 vues
Salvator Batty

Salvator Batty (2)

Lire la suite du même auteur :

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
ChanTal-C
Membre
18 septembre 2017 13 h 27 min

Bonjour et bienvenue Salvator
Plaisir de lire ces “Aubes”
Merci pour le partage

Chantal

Plume de Poète
Administrateur
18 septembre 2017 13 h 21 min

Merci pour ce belle introduction poétique Salvador !
Nous avons hâte de découvrir vos autres textes…
N’oubliez pas d’ajouter votre prénom et nom à la suite du titre de votre texte lors de la saisie depuis la page des publications afin que les visiteurs, membres et lecteurs puissent mieux vous apprécier.
Je vous conseille également d’ajouter votre biographie ou présentation auteur depuis votre profil membre qui apparaîtra dans la rubrique » A propos de l’auteur » sous tous les textes que vous publiez.
Il est demandé d’ajouter aussi votre photo ou avatar représentatif depuis les réglages de votre profil.
Merci d’y penser et je reste à votre écoute si besoin.
Bien à vous,
Alain

O Delloly
Membre
18 septembre 2017 12 h 50 min

Bienvenue sur Plumes de poète
Bel écrit que ce “Aubes”

N’oubliez pas de déposer une photo ou avatar à votre profil
et une description
merci

Oliver