A demain qui se meurt – Arty Zhanal

Ses mots tu les goûtas, innocente laitance.
Il endiablait ta vie en chavirant ton coeur,
son poison de crotal, mirifique substance
embruma ton cerveau d’insolites liqueurs.

Mais qu’importe un chasseur, un guerrier, le curare
pour l’innocente proie, esprit déraciné,
l’occasion est trop belle et le moment trop rare,
tu aimais le portrait qu’il avait dessiné.

Il fut ta déraison dans chaque nuit d’albâtre
mais refusa d’ouvrir sa sombre profondeur,
c’était un animal impossible à abattre,
abrité des grands vents dénonçant son odeur.

Et toi comme soeur Anne au plus bas de son ombre,
tu as voulu forcer la lourde porte en fer,
des amours éventrés gisant dans ses décombres
a rejailli le feu de tes propres enfers.

Alors tu as jeté la clef de l’espérance
et repoussé au loin la gloire et ses clameurs
un baluchon de vie est ton chemin d’errance
ton âme s’est vouée à demain qui se meurt.

trahison

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

0 vue
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires