Sans Domicile Fixe – Bernadette Laroze

 

Les migrants sans domicile fixe, nous connaissons ;

Mais les autres, qui sont-ils donc ?

Ils sont Français, Espagnols, Américains et beaucoup d’autres.

Je ne peux les nommer tous, ils sont trop nombreux.

.

Ils sont citoyens de leur pays

Ce pays qui les a bannis

Ignorés, marginalisés depuis trop longtemps

En les traitant d’errants.

.

Ce malheur n’est pas nouveau

Mais pour les nations, les reconnaître était trop

Maintenant ils deviennent de plus en plus nombreux

Et ils sont devenus des gueux.

.

Qui sont-ils vraiment, ces déchus, ces oubliés ?

Revenus de la guerre, des militaires égarés ;

Des malades mentaux, des alcooliques

Des affligés chroniques.

.

Des chômeurs, des drogués, des repris de justice

Des gens ignorés perdus dans leurs vices ;

Des incapables, des paumés, des dépressifs

Mais qui sont tous ces  passifs ?

.

Il y a dans le monde  des milliers de maisons abandonnées

Par ses habitants délaissés

Des églises vides ou personne ne prie

Les religions bien longtemps évanouies.

.

Des usines, des magasins, des commerces, des ateliers

Tous  fermés

Où seuls les chats trouvent un toit

Qui aux SDF pourrait devenir un chez-soi.

.

Et cependant, des millions sont dépensés

Dans les palais des rois et des présidents privilégiés

Et je pense aux manants

Dehors, dans des boîtes en carton, dans le vent.

.

Dans ma petite ville de Floride, à l’abri du grand froid

Je me considère privilégiée d’avoir un toit

Et un réfrigérateur remplit de nourriture

Ce confort sans luxe me rassure.

.

Dans le nord des États-Unis

Depuis le début de l’hiver brutal sont morts de nombreux  sans-abris

Ignorés, délaissés, les trottoirs,  encombrant

Dans l’indifférence complète de leur gouvernement.

.

©Bernadette Laroze – 04/02/2019

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

23 vues
Bernadette Laroze

Bernadette Laroze (92)

Je suis née en Bourgogne.

Mon mari, mon fils et moi sommes partis au Canada où nous sommes restés un peu plus de trois ans. Nous avons
vécu dans un petit village minier au nord de la Province de Québec et ensuite nous sommes allés à Montréal puis Toronto.

Nous avons ensuite émigré aux États-Unis à Fort Lauderdale en Floride où nous nous sommes ancrés à vie. Mon deuxième fils est né en Floride.
J’ai fait de nombreux voyages en France, et tout a cessé
lorsque mes parents sont décédés.

Merci de me lire.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Béatrice Montagnac
Membre
5 mars 2019 14 h 44 min

Bonjour Bernadette bravo ce texte j’adhère tout c’est un cri que je partage
Douce journée bises

Philippe X
Membre
5 mars 2019 7 h 25 min

“ils et elles ” sont les fruits de notre civilisation, dans ce grand marché de l’illusion nommé mondialisation. Tout voyage pour que le profit persiste sauf les fruits abîmés au cours des transactions.
Nous regardons trop loin dans l’avenir et oublions de balayer devant nos portes menant à des déserts programmés : locaux inoccupés, campagnes désertifiées….
Belles réflexions que vous proposez.