QUAND JULIE PASSE LA PORTE – Nicolaï Drassof

photo julie

QUAND JULIE PASSE LA PORTE Roman

Je vous propose de partager l’affection, la tendresse que j’ai pour Julie. Pas très en forme, Julie. Une tenace sensation d’être habitée, squattée par une autre personnalité, incompréhensible, effrayante, mais profondément aimée. Et puis des lubies, des absences, des blancs dans sa morne existence de rescapée. Rescapée de quoi ? Elle ne sait plus. Alors elle mène patiemment cette maigre vie reconstruite par l’altruisme de Serge, son compagnon, émergé lui aussi d’un enfer personnel. C’est une « affection de toutous, un amour d’outre néant » qui unit ces deux là… Une porte surgit par hasard, d’un jeu,. Une « ouverture dans du rien », mais une ouverture. Quand Julie passe la porte… elle vit des aventures étranges, déroutantes, imprévisibles, hors du temps. Où l’entraînent ces escapades ? Quel monde va-t-elle découvrir ? Quels monstres va-t-elle débusquer ? Devra-t-elle tuer ce qu’elle aime et réside au fond d’elle-même ? Se débarrassera-t-elle des fils de soie qui la font chrysalide et l’empêchent d’éclore ? Retrouvera-telle la faim de vivre et d’aimer ?

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

16 vues
Nicolaï Drassof

Nicolaï Drassof (6)

Auteur(e) de romans, poésies, humour
Née il y a belle lurette, dans une banlieue nord de Paris alors rurale, j’ai passé 30 ans à déambuler sous les cieux et les toits gris de la capitale, puis j’ai opté pour la lumière d’abord du Var, puis du Couserans.(piémont pyrénéen)
J'écris des romans pour raconter des histoires folles pas tout à fait vraies, des contes pour dire des choses folles tout à fait vraies des poèmes pour crier la folie et l'absurdité du monde, que j'aime tant.
Mais, lectrices et lecteurs, sachez que je vous respecte et vous aime plus que tout

S'abonner
Me notifier pour :
guest
7 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Doumenc Serge
Invité
12 juin 2016 4 h 32 min

Bonsoir Nicole,
Suite à votre commentaire sur mon texte “Les écriveurs”, je lis dans votre présentation (je cite :) : “Comme je ne désire séduire que des lecteurs intelligents et sensibles…”… N’est-ce point paradoxal avec ce que vous m’avez écrit ?
Ainsi, si je (ou tout lecteur) ne suis pas séduit par vos textes c’est donc que, pour vous, je (ou tout lecteur dans ce cas) suis idiot et insensible ? Ou que mon manque d’intelligence et mon insensibilité ne méritent pas vos propos ?
Je trouverais ceci très hautain, méprisant et vaniteux, issu d’une personne avec une trèèès haute opinion d’elle même, si c’était le cas bien sûr, ne pensez-vous pas ?

Ceci dit, dans “Les écriveurs”, je ne demande pas aux gens de ne pas écrire, je leur demande juste de se relire, ou de faire lire à quelqu’un de cérébré pour un retour objectif sur l’intérêt de leur texte. Doit-on vraiment se contenter de phrases, de mots ou d’idées inutiles mièvres banales futiles que n’importe quel crétin peut écrire en se clamant “poète” ?
Quel est l’intérêt d’un texte ? Sa portée ?
Se pose t’on la question à sa propre lecture de savoir : qu’exprime-je avec ces mots, les ai-je choisis judicieux, précis, intentionnels ? Le sens émotionnel de mon texte est-il de fait bien traduit etc. ?
On cisèle un texte comme une pierre précieuse pour n’en extraire que l’éclat fulgurant et qui contient son essence même, sa vraie réalité, réfléchie, travaillée, rythmée, en bref la beauté.
Malheureusement, beaucoup de gens se contentent pauvrement de leur immédiateté, de la pierre brute, dans son état primal, même à chercher des mots qui “font” poétique, qui “font” cultivé pour penser impressionner et qui le plus souvent n’ont aucun lien avec les phrases qui les emploient…. Quelle sombre idiotie…
Vous qui ne “désirez séduire que des lecteurs intelligents…”, oseriez-vous vous contenter de textes mièvres, crétins, emplis d’emphase et de banale solennité si on vous fait ce constat ?
Et lorsque vous lisez ce genre de texte, êtes-vous pleine de fausse admiration ou d’empathie mielleuse pour “l’auteur” (en pensant bien sûr que c’est une atteinte à votre intelligence et votre sensibilité) et le flatter hypocritement ?…….
Je préfère le lui dire, pour qu’il en prenne conscience pour ainsi pouvoir progresser, s’améliorer, se remettre en question. Tant pis si c’est mal pris, mais au moins j’aurais été honnête. Et pas flagorneur comme beaucoup font.
Car ça c’est malhonnête.

C’est bien, d’écrire, et je le recommande à tous bien sûr, et de tous âges. Chacun comme il le veut et le peut.
Mais pour ceux qui se disent ou se targuent d’être “poètes”, de grâce, lisez les grands auteurs, anciens et contemporains, lisez et imprégnez vous, sondez le sens et l’idée, et cherchez des reproductions de manuscrits, il y en a sur le net, et vous verrez le travail d’orfèvre intense et acharné de ces Auteurs… Et relisez vous..!!
Et surtout soyez humbles, modestes.

Alors oui, pour toutes ces raisons voyez-vous, évidemment que je m’insurge contre les écriveurs !

SD

Plume de Poète
Administrateur
2 juin 2016 7 h 39 min

Bonjour Nicolaï,

Je vous remercie de votre intérêt pour les activités littéraires du site et votre inscription.
Pour cette première publication il me semble qu’il serait souhaitable d’ajouter un résumé de votre livre avec le descriptif et les liens où il peut être consulté ou acheté. . .Nous avons de nombreuses remarques à ce sujet par les membres et auteurs du site.
D’autre part, il est fort judicieux de vous présenter en ajoutant votre biographie sur votre profil.
Vous pouvez le faire facilement en passant par le menu “Mon Compte” à droite de la page.
Si toutefois vous rencontrez des difficultés n’hésitez pas de me contacter ou de m’envoyer les éléments afin que je fasse ces opérations manuellement pour vous.
Si vous souhaitez modifier votre publication, il suffit de vous diriger vers le menu horizontal “Publications” et vous cliquez sur le lien “Tableau de Bord” , sur cette page toutes vos publications sont présentées avec un lien à droite qui permet d’éditer et de modifier le texte choisi.
Je reste à votre écoute et vous souhaite bonne continuation sur le site !
Mes amitiés littéraires,
Alain

Mickael Pin
Membre
1 juin 2016 22 h 58 min

Mon but est atteint … Vos explications ci-dessus sont tardives ….
Je pense qu’il est décent en présentant une œuvre de fournir l’entrée en matière obligatoire : sujet, contexte … Ne serait-ce que pour inciter à la lecture … Imaginez d’un poème intitulé SILENCE, aucun vers, aucun mot … Voilà pourquoi ma répartie … ironique .

Mickael Pin
Membre
1 juin 2016 18 h 21 min

Quand Julie passe la porte, elle s’en va … Bon débarras .