L’hiver – Iris 1950

Les arbres du jardin sont dénudés,
Ils frissonnent sous le vent mauvais.
L’hiver est arrivé
Et, mois je suis là, triste à les regarder.
Où êtes-vous bourgeons sous la rosée,
De cette saison qui faisait me pâmer,
Sur les roses à peine écloses,
Pleines de cette jeune vie, parfum subtil
Qui sortait de votre pistil.
Les jours passent et, moi, seule sur la terrasse,
J’attends en vain ce rayon de soleil
Qui cet été, me réchauffait les orteils.
Ils ont l’air si misérables,
Ces grands érables,
Le boulot a triste mine sans sa parure
Le cerisier a perdu tous ses fruits et la verdure
Chez nous, on rajoute des couvertures
Le froid traverse les vêtements
Et, demain c’est le nouvel An.
Le brouillard nous enveloppe
Nous cachant la visibilité
Et, s’est acharné sur les passagers
Des voitures qui ont carambolées.
La une de l’actualité la relatée
Dans le Nord c’est de saison
Mais chez nous ce n’est pas de raison.
Pourquoi naître en cette saison,
Alors qu’au chaud,
L’enfant dort dans son berceau.
Sous la chaleur, le sapin de Noël perd ses aiguilles
Et, de fil en aiguille,
Je perds toute notion du temps.
Et, voilà qu’arrive le premier de l’an.

IRIS 1950

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

11 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires