Le 11 novembre de mon enfance – Bernadette Laroze

Ce petit monument aux morts

Je me le rappelle aujourd’hui encore

Toujours propre, et sagement clôturé

Entre deux routes il menait.

 

Les écoles se réunissaient

En ligne  bien rangée partaient

Pour le monument

Sans un mot, nous étions là, présents.

 

Il y avait les instituteurs,  les élèves

Les retraités, les militaires en trêve

Les anciens combattants;

 

Et  aussi quelques parents.

Toutes ces croix, toutes ces tranchées

Tout ce sang

Difficile à comprendre pour un enfant de dix ans

Pour son cerveau absorbé.

 

Mon grand-père  était encore en vie

Durant mon enfance et il m’a été dit

Qu’il avait passé quatre ans

Dans les tranchées de Yougoslavie.

 

Et il était revenu

Un poilu

Avec la malaria qui l’avait envahi

Pour le reste de sa vie.

 

Pendant quatre ans

Il fut absent

Ma grand-mère attendant.

À son retour au foyer

Maman l’avait oublié.

 

Elle lappelait monsieur

Au lieu de papa.

C’était ça pour moi, le 11 novembre

De mon enfance.

 

©Bernadette Laroze

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

25 vues
Bernadette Laroze

Bernadette Laroze (92)

Je suis née en Bourgogne.

Mon mari, mon fils et moi sommes partis au Canada où nous sommes restés un peu plus de trois ans. Nous avons
vécu dans un petit village minier au nord de la Province de Québec et ensuite nous sommes allés à Montréal puis Toronto.

Nous avons ensuite émigré aux États-Unis à Fort Lauderdale en Floride où nous nous sommes ancrés à vie. Mon deuxième fils est né en Floride.
J’ai fait de nombreux voyages en France, et tout a cessé
lorsque mes parents sont décédés.

Merci de me lire.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Christian Satgé
Membre
18 janvier 2019 15 h 22 min

Une réminiscence sur moi aussi que vous avez su rendu avec talent et simplicité. Bravo et merci pour ce partage…

Laurence de Koninck
Membre
18 janvier 2019 13 h 36 min

Merci Bernadette pour ce souvenir d’enfance marquant qui donne vie à un touchant poème.

Simone Gibert
Membre
18 janvier 2019 11 h 57 min

Merci pour votre poème que me touche ! Mon Grand-père aussi avait fait cette guerre. Simone.