L’amour est morte – Poète fou. Gojif Fouad

Je trouve un bien
dans toutes souffrances
Mon parcourt en silence
Au rendez-vous de l’amour

Ma présence en retard
Je vous avoue
Au pied de cet arbre
Elle se présente sous forme

De tronc et de branches
Armée étrange !
En bonne saison
A prendre en fruit

d’un geste brusque
Mais me l’empêche
Ma paresse me dit d’attendre
Car la vie à temps se tend !

Bien formé au long de l’année
J’attendais qu’elle se manifeste
Et tombe à mes pieds
Mais j’entendais un bruit de fond

En relance sans cesse, Il me gênait
Une sorte d’écho,
Fort de son en mon ego
Mais  j’ignorais par volonté

J’attendais et j’entendais
L’amour est morte
En notes sourdent
Elle tombe et vacille

Lourdent en sentiment
Elle scintille
Au vent elle avorte
Discipliné, elles se dissipent

Devant en rond,
Battent vers le nord
En feuilles elles s’emportent
Au loin à l’horizon

Doucement de ma vue
Elle se dissout voyons !
Elle pleure de couleur
Chaude et marron

L’amour est morte
Tombe et vacille au vent
En feuille emporté
De loin elle a raison

La fin est triste souvent
Chagrinée en enfant
Elle s’en va effriter
Comme la confiance

Elle fond en larmes
Comme un glaçon
En quelle façon ?
Couleurs, odeurs

La graine annonce ?
Égrainé de sa mère
Indice de ressemblance
Une reine et son roi

Cherchent leur terre
Pour le bonheur
On espère d’elle
Un remède et le meilleur

Le vent  s’élève
Et la ramène loin devant
La pluie la siffle
Et lui révèle  ses couleurs

Elle applaudi
Pour lui dire comme son élève
De faire plus vite car il est l’heure
La prochaine fois je l’accueil

Dans mon cœur
Je me promène
Si je la vois
Je la cueille en fleur

En guerrière la reine,
Tiens les rennes
Par derrière mais en pleur
Elle s’en sort vainqueur

Poète fou. 11/01/16  (l’amour est morte)

arbre-en-coeur

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

53 vues
Poète Fou

Poète Fou (81)

Je m'appelle Gojif Fouad et je vis à 5 minutes d'où je suis né, dans la ville de Troyes, à l'est de Paris. J'ai d’abord eu peur des mots et de leur sens,
les énoncés à l'école étaient déjà un défi pour moi. Je me suis donc orienté vers un cursus scientifique et à la trentaine, j’ai trébuché par hasard dans le monde de la poésie, en l'occurrence celui des poèmes. Une amie espagnole avait besoin d’aide pour traduire un recueil Espagnol en français, c’est donc en cherchant des mots pour elle que j’ai entendu la musique de mon âme ; une forme de folie qui criait depuis toutes ces années au fond de moi mais l'oreille de mon cœur l'a tardivement écoutée. J’ai écrit mon premier poème en 2014. Pour ne pas dévoiler mon identité je signais '' fou.''

... Et des poètes sur ce site littéraire m'ont surnommé « Poète fou. »

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires