L’amour deux 5 à 7 – Anne Cailloux

”Île” est mon occitan, dans un Thau d’amour supérieur à la normale

Son étang se déverse en moi à chaque instant.

Sur les hauteurs de cinq à Sète, il m’a offert ses baisers

dans notre canapé ivre de mon nom et de mots d’amour.

 

Les persiennes se ferment dans le silence de la sieste

instant sacré, qui ne sera rompu

que par le bruit de ses baisers

et de la flânerie des écureuils.

 

Dans une joute éternelle, je m’offre aux rayons qui se glissent

entre deux lames de volets.

Des éclats de sels se sont déposés sur ses lèvres

sétois, dans tous les sens, et aucun autre.

 

Face à la mer l’amour se lovera comme une salamandre

passant, du pied de l’olivier, à la table basse

mes yeux perdus dans le rose corail des murs

par un mistral qui me souffle d’autres mots.

 

Dix-sept heures, la nuit tombera sous l’œil indifférent du chat

qui partira, blasé d’apercevoir ses deux-là toujours enlacés.

s’en lassant jamais, s’enlaçant sans cesse.

L’écrivant partout, en corps et plus encore.

 

Anne Cailloux

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

20 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
O Delloly
Membre
1 mars 2019 18 h 37 min

ce dut être moment de paradis… Jolie romance écrite
Ol

Christian Satgé
Membre
1 mars 2019 17 h 31 min

Un superbe texte langoureux à souhait qui fait regretter que l’été ne soit pas encore là… Merci et bravo pour ce partage, Anne.