La reconnaissance on sent sa quintessence …_ ILEF SMAOUI _

Celui qui a été acteur
De ton bonheur
Ne reste pas spectateur
De son malheur
Mais apporte ton meilleur
Pour être sauveur
De sa tristesse de sa douleur

Celui qui a été protecteur
De ton bon cœur
Bois de son verre sa liqueur
Sans avoir peur
Il ne peut pas être trompeur
Ni même menteur
Ni bouton qui éteint ta lueur

Celui qui a été planteur
D’une splendeur
Dans tes profondeurs
Monte son ascenseur
Il sera bien à la hauteur
D’aller vers grandeurs
De garder toutes valeurs

Tout être qui t’a été aideur
Ne lui offre jamais laideur
Ne le gifle jamais par ta froideur
Laisse ton âme sa senteur
Laisse ton cœur ce moteur
Embaumer odeur des fleurs
Odeur de la gratitude et sa chaleur

385618_376506442429703_454250988_n

5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

7 vues
Ilef Smaoui

Ilef Smaoui (1)

Je m’appelle Ilef Smaoui née Gouiaa , dés mon jeune âge j’étais fort romantique , je buvais tout ce qui est poétique , j’ai commencé à écrire mes propres poèmes à l’âge de quinze ans , j’avais cet amour dans le sang …A vingt trois ans mère de deux enfants et une maitrise d’études supérieures à terminer je n’ai pas eu le temps d’écrire mais je continuais à lire énormément …J’ai eu mon troisième enfant je me suis oubliée complètement tout mon bonheur était de l’entourer étroitement …Le jour où il est parti en Russie pour faire ses études en pharmacie une partie de mon cœur était avec lui …Tellement chagrinée la plume a repris la poésie et le premier poème était pour lui …Puis je suis entrée dans le monde virtuel qui a ranimé mon réel , le cœur poète a commencé à décrire son arc-en-ciel et tout son essentiel ….

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brahim Boumedien
Membre
11 octobre 2016 14 h 47 min

L’ingratitude, de nos jours, fait des ravages ! Elle se répand à une allure incroyable. On ne pense jamais que ça n’arrive pas qu’aux autres ! À défaut de gratitude, n’enfonçons pas le poignard dans le dos de notre bienfaiteur ! Merci, chère amie, pour ce partage poétique qui prête à médiation !