La caisse – Jean-Paul Innocenzi

LA CAISSE

 

Une caisse ! Qu’est-ce ? M’écriais-je en regardant le colis qu’on venait de me livrer.

Vous remarquerez n’est-ce pas, que mon esprit pragmatique était allé à l’essentiel et avait posé la bonne question, car enfin ! J’aurais pu tout aussi bien dire : Quoi ? Où ? Quand ? Comment ?                                                                 

Mais outre le fait que nous n’aurions pas eu cette amusante allitération, les réponses aux questions que je n’ai pas posées, n’auraient pas permis d’élucider le mystère de cet envoi.                                                                                   

C’est pourquoi, toute modestie mise à part, j’ai la faiblesse de croire qu’il s’agit là de la bonne question, posée  au moment opportun, dont l’épouse était une sainte.

Mais la question étant posée, il fallait maintenant y répondre.                                                                              D’aucuns vous diront que poser la bonne question, c’est déjà résoudre la moitié du problème.                              Pour résoudre la deuxième partie du dit problème deux solutions s’offraient à moi.

La première, était d’attendre que la caisse qui était en Niangon , bois qui ressemble un peu au pin, sauf qu’il est rouge et qu’il s’agit d’un bois exotique, s’ouvre toute seule ou par l’opération du St Esprit, ce qui soit dit en passant  pourrait retarder considérablement la divulgation de ce mystère.                       

La deuxième, était d’ouvrir la dite caisse avec la clé jointe à la lettre arrivée en même temps. Quand je dis lettre, je devrais dire, enveloppe car en fait il n’y avait que la clé, qui était en quelque sorte la clé du mystère, si tant est, qu’il y ait mystère.                                                                                                           

En fait, celui-ci (je parle du mystère, j’ai écrit « celui-ci » pour éviter la répétition du mot mystère), résidait surtout dans le fait que mon expéditeur ou mon expéditrice m’était inconnu, car la caisse en elle-même n’attirait aucune remarque particulière, il s’agissait d’une caisse d’environ 35, 5 cm de long, sur 24,7 cm de large, pour 13,8 cm de hauteur, comme vous voyez, une caisse des plus classiques.

Mais l’incognito de l’expéditeur était plus troublant, en effet, ne le connaissant pas, je ne pouvais subodorer le contenu de la caisse.                                         

Comment, me direz-vous, le fait de connaître l’expéditeur, pouvait-t-il m’amener à connaître le contenu d’une caisse ?

Rien de plus facile, il s’agit d’une simple déduction.                                                                                                                                                                                       

Si c’est ma tante de Dijon qui m’adresse ce colis, je peux raisonnablement penser qu’il y aura de la moutarde, du vinaigre, des cornichons.                           

Si c’est mon oncle de Reims, je peux m’attendre à quelques bouteilles de champagne.                                                                                                                           

Si c’est mon cousin de Cambrai, il ne pourra s’agir que de bêtises, vu qu’il n’est jamais le dernier à les faire.                                                                                    

Enfin, si c’est ma cousine de Londres, je n’ose même pas vous dire ce qu’elle serait susceptible de m’adresser.

Mais dans le cas présent, devant l’anonymat de mon expéditeur j’étais devant la caisse, au fait savez-vous comment j’étais devant la caisse ? J’étais coi. Quoi de plus naturel vu ce qui précède.                                                                                                                                                                                                       

Aussi pour couper court à toutes ces supputations, je choisis la solution la plus appropriée, qui était en même temps la plus opportune, (la femme de l’autre), c’est-à-dire, celle qui consistait à prendre la clé pour ouvrir la caisse,  car je n’étais pas un homme à tourner autour du pot, encore moins autour d’une caisse.                                                                                                                                                                                                      Je pris donc la clé, qui n’avait rien de particulier en soi.                                                                                                                                                                               

En soi sans « e », car pour lors elle aurait eu quelque chose de particulier, et il m’aurait été difficile, cela va de soi, de la faire pénétrer et tourner dans la serrure.                                                                                                                                                                                                                                                                   

Mais par chance, elle était en métal doré, ce qui, vous en conviendrez était plus pratique. Était-ce de l’or? Je ne saurais vous le dire, car vu l’heure tardive, je n’avais pas eu le temps d’approfondir la question en me rendant chez un orfèvre, qui me voyant entrer chez lui une clé à la main, aurait poussé à coup sûr, des cris inhérents à sa profession. (Ne dit-on pas des cris d’orfèvres !!)

J’étais donc là, et las, hélas, la clé à la main, prêt à connaître le fin mot de l’histoire. Savoir enfin, ce que contenait la caisse et peut être apprendre ou deviner en examinant son contenu, le nom de l’expéditeur ou de l’expéditrice.                                                                                                                                           

Je penchais plutôt pour l’expéditeur, bien que je sois plus enclin  à me pencher sur les dames.                                                                                                             

En effet, je voyais mal une dame jolie et menue, c’est comme cela que je les aime, faire un colis qui à vue de nez, et à bout de bras pesait au moins 10 Kg.

J’hésitais toujours, me demandant si finalement,  je n’allais pas, ne pas ouvrir cette caisse, de façon à avoir toujours un mystère à découvrir.          

Puis je me souvins que je l’avais reçue contre remboursement, ce n’est pas que je sois près de mes sous, mais vingt ! Et puisque ma nature curieuse m’avait fait payer pour voir, il fallait que je visse, pas la caisse, qui elle n’avait besoin que d’un tour de clé, que je donnais en un tour de main.

La caisse rouge ouverte, je regardais ce qu’il y avait à l’intérieur.

Eh bien ! Vous n’allez pas me croire, mais pourquoi ne me croiriez-vous pas, puisque vous êtes arrivé jusque-là, bref, croyez-moi ou pas, la caisse était vide, mais vide… que c’en était à pleurer ou à rire, c’est selon le caractère.                                                                                                                                                

Il y avait simplement une petite feuille, genre tract publicitaire, qui disait : «  Félicitations vous venez d’acquérir cette magnifique caisse en simili Niangon mais en pin véritable.

Je restais de marbre, ce qui est un cas rare.

 

                                                                       J.P INNOCENZI (1981)

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

31 vues
Jean-Paul Innocenzi

Jean-Paul Innocenzi (25)

bonjour à tous,

Je vous ai rejoins depuis peu, et j'écris depuis près de 40 ans, j'en ai 70.
J'écris des "poèmes" des nouvelles, des sketch des historiettes, au gré de mes humeurs, certains reflètent ce que je pense, c'est pourquoi je les ai laissés si longtemps dans mes tiroirs, mais en découvrant ce site, je me suis dit pourquoi pas?
J'aime beaucoup Hugo, Lamartine, Rimbaud, Villon, Aragon, Brassens Ferrat, Brel, Ferré, Neruda, Garcia Lorca, qui m'inspirent souvent.
Alors si vous les appréciez, je vous dit à bientôt.
Amicalement
Jean Paul INNOCENZI

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires