Il était mon instituteur….mon MAITRE…. – Serge Bessay

Mon instituteur

Trop vite sont passés, ce temps qui fuit m’affole,
Ma jeunesse insouciante et mes vertes années.
J’ai remisé mes billes, ma blouse et mon plumier,
Un hier fort lointain, j’ai quitté mon école.

Merci du fond du cœur, monsieur l’Instituteur,
Je n’ai pas, il s’en faut, été un bon élève,
Préférant m’évader des cours avec mes rêves,
Etant pendant ceux-ci, plus souvent spectateur.

Bien des années plus tard, j’apprécie désormais
Tout ce que je vous dois : vos conseils, vos leçons,
Henry IV, les Bourbons, le vase de Soissons,
Et les cours de morale, en mémoire à jamais.

J’ai le doux souvenir d’un homme fort nourri
Par le gout de transmettre un savoir, que ses pairs,
Lui avait enseigné, sans faste et sans impair,
Afin qu’il perpétue le dessein de Ferry.

Mais vous étiez aussi un superbe conteur,
Lorsque vous nous narriez avec force détails,
Le lièvre et la tortue, qui se livraient bataille
Pour démontrer qu’il faut toujours partir à l’heure.

Et lorsque vous traciez sur la carte Vidal,
Accrochée sur le mur à côté du tableau,
Un tracé qui allait de Paris à Bordeaux,
On faisait avec vous ce voyage mental

‘’L’ignorance toujours mène à la soumission’’
Telle était la morale affichée dans la classe
Combien cette maxime, en moi, a laissé trace.
Puissent un jour tous les hommes, appliquer ce dicton.

Moi, j’ai rangé mes billes, ma blouse et mon plumier,
IL reste mes hier, souvenirs d’écolier……

Serge Bessay

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

140 vues
Sauvegardes Poèmes

Sauvegardes Poèmes (538)

Ce compte regroupe tous les poèmes des auteurs qui ne sont plus inscrits sur le site en tant que Membre afin de laisser une trace de leurs textes pour le plaisir des lecteurs depuis le site Plume de Poète.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Antoine Quesson
Membre
14 février 2018 13 h 41 min

Coup de maître. Bravo, un merci qui va à tous les enseignants, pas de fausse note. Mon appréciation: très bien. Un texte qui me va droit au coeur…