Dans l’eau de l’aube – Christian Satgé

Cycle pyrénéen

 

Jusque dans ses recoins les plus noirs, les plus sombres,
Doublure d’étoiles et col d’aurore écrue,
La nuit réduit peu à peu ses voiles, vaincue,
Délaçant, sans plus se lasser, sa cape d’ombres.
Le lac lape la lumière du levant, crue
Et nue, qui mourra sans avoir vraiment vécu.

Prise dans la valse des vents de la pénombre.
La rosée des rêves ensemence, recrue,
Les brumes du réveil du rougeoyant écu
Qui forgera, sans hâte, au four du jour, bon nombre
D’heures heureuses, mais aussi de doulours crues,
Que le temps, qui passe comme vent, évacue.

À cette heure, sur le calice de cent fleurs,
Grain à grain, des perles de pluie perdues s’égouttent.
Tombés des nues dès lors dévêtues, tous ces pleurs
Abreuvent l’horizon des rimeurs sans valeur.

 

Las, dans la poussée du jour, moi aussi je goûte
Aux fleuves d’effluves nés d’un jour sans chaleur
Quand, le rose au joues, les larmes de Nyx s’ajoutent
Aux rus où le roseau joue, le plumet trembleur.

.

© Christian Satgé – novembre 2011

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

27 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Fattoum Abidi
Membre
12 juillet 2018 10 h 23 min

Superbe Christian qu’elle beauté! Bravo
Agréable journée
Mes amitiés
Fattoum.

Anne Cailloux
Membre
10 juillet 2018 15 h 26 min

Quand nous aurons fait le tour de la terre, si nous avions mille vies pour tout voir, par vos mots
vous pourriez nous refaire un monde nouveau…
très belle écrit qui nous emportent vers le merveilleux.
bravo
Anne

Rochester Léocadie
Rochester Léocadie
Invité
8 juillet 2018 21 h 31 min

Très bel hommage, vous avez du talent pour nous faire rêver de paysages surprenants