Création – Jean-Paul Innocenzi

CREATION

Un jour Dieu réunit ses anges                                                                                                                                                                                                              Et leur dit faut que ça change                                                                                                                                                                                                          Faites moi une planète                                                                                                                                                                                                                        Avec des arbres des bêtes                                                                                                                                                                                                                        Des océans et des fleurs                                                                                                                                                                                                                          Faites moi une planète                                                                                                                                                                                                                    Faites en sorte qu’elle soit parfaite                                                                                                                                                                                                    Mettez-y de la couleur

Alors les anges travaillèrent                                                                                                                                                                                                                  Sur leurs bureaux ils planchèrent                                                                                                                                                                                                      L’un d’entre eux fit les oiseaux                                                                                                                                                                                                              Et un autre fleuves et ruisseaux                                                                                                                                                                                                            L’un dessina les poissons                                                                                                                                                                                                                        L’un fit plaines et coteaux                                                                                                                                                                                                                      L’autre montagne et plateaux                                                                                                                                                                                                                Un dernier les papillons

Et leur travail terminé                                                                                                                                                                                                                              Ils allèrent le présenter                                                                                                                                                                                                                         A l’immense commanditaire                                                                                                                                                                                                                Qui riait du dromadaire                                                                                                                                                                                                          Applaudissait le lion                                                                                                                                                                                                                        S’étonnait devant l’éléphant                                                                                                                                                                                                            Qu’il trouvait peu élégant                                                                                                                                                                                                                    Et eut grand peur du python

Devant toutes ces merveilles                                                                                                                                                                                                                  La pluie, la lune, le soleil,                                                                                                                                                                                                                     Il sembla très satisfait                                                                                                                                                                                                                            Et signa tous leurs projets                                                                                                                                                                                                                      Lui le roi de l’univers                                                                                                                                                                                                                  Appréciant beaucoup le vent                                                                                                                                                                                                                Les vagues des océans                                                                                                                                                                                                                              Il lui donna comme nom : TERRE        

Mais au milieu du tumulte                                                                                                                                                                                                                    Il y avait Belzébuth                                                                                                                                                                                                                Regardant d’un air malsain                                                                                                                                                                                                                    Les autres anges et leurs dessins                                                                                                                                                                                                        Se disant “Il y a maldonne”                                                                                                                                                                                                                    Et pour se venger d’avoir                                                                                                                                                                                                                      Eté laissé à l’écart                                                                                                                                                                                                                    Méchamment il créa l’HOMME                                                      

 

  J.P INNOCENZI (1997)

4 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

6 vues
Jean-Paul Innocenzi

Jean-Paul Innocenzi (25)

bonjour à tous,

Je vous ai rejoins depuis peu, et j'écris depuis près de 40 ans, j'en ai 70.
J'écris des "poèmes" des nouvelles, des sketch des historiettes, au gré de mes humeurs, certains reflètent ce que je pense, c'est pourquoi je les ai laissés si longtemps dans mes tiroirs, mais en découvrant ce site, je me suis dit pourquoi pas?
J'aime beaucoup Hugo, Lamartine, Rimbaud, Villon, Aragon, Brassens Ferrat, Brel, Ferré, Neruda, Garcia Lorca, qui m'inspirent souvent.
Alors si vous les appréciez, je vous dit à bientôt.
Amicalement
Jean Paul INNOCENZI

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires