Le colibri – Nadège Gorek

LE COLIBRI

 Il en faut parfois du temps

Pour atténuer les cœurs méfiants

Pour avancer sans orgueil

Et s’élever de ses écueils

 

Je me nourris du nectar des savoirs

De fleur en fleur je m’échappe

Je suis le colibri de mes envies

Parcourant le ciel de mes nuits

Dégustant sans me lasser

Chaque particule de toi comme une galaxie

Tu es l’horizon de mon infini

 

 

Dans le creux de tes yeux amoureux,

Dans les sillons de tes talons,

M’emboitant tel un aimant

Je m’éclipse l’intervalle d’un instant

Galvanisant mes instincts gourmands

Dans les plis de tes reins

Dans les recoins de ta peau

Sur les chemins de ton buste

Sur les vallons de tes hanches

Je butine jusqu’à l’épuisement

 

 Accélérateur de confiance

Tu démultiplies mon assurance

Eclaireur de conscience

J’absorbe ta substance

Chrysalide en ébullition

Trop longtemps en hibernation

Suspendue à ma toile de soie

J’exulte de devenir moi

 

Il en aura fallu du temps

Pour trouver mon paysage

Qui me laissera toujours sauvage

Métamorphose de mon corps palpitant

Propédeutique de mes instincts

Tu es mon tout et mon rien

L’âme qui me rend femme

Papillonnant vers mes lendemains

Sereinement tenant tes mains

 

Photo de Olivier Godard

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

102 vues
Nadège GOREK

Nadège GOREK (32)

Depuis des années que je veux écrire, pour moi, pour les mots, pour guérir de certains maux : écriture de poèmes, plus ou moins personnels, mais qui trouvent un écho parfois chez les autres, alors tant mieux si les mots ont un pouvoir expiatoire, libérateur, peu importe, tant qu'ils nous parlent !

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires