Au réveil du matin – Olivier Werbrouck

Au réveil du matin, 

 

Chant cruel ! Au réveil du matin,  je t’entends 

Murmurer, tu me dis, pars ! Pars vers ton destin 

Largues les voiles et prends la mer, il est tentant 

De tout quitter, de partir, même clandestin.

 

Et je suis parti, chercher, quérir aventures

Sur ce grand et beau vaisseau, tel un marin

Affrontant l’océan, et du haut des mâtures

 J’ai vu voler l’albatros, parmi les embruns.

 

A la tombée du jour, sous la voûte nocturne 

On peut quelquefois voir, si le temps est au clair

Quand apparaît au loin, la lune taciturne 

Briller de tous leurs feux, les sirènes stellaires.

 

Un jour de grand vent, il peut parfois arriver

Que l’esprit du large, vous pousse vers l’azur

N’emportez que vos rêves, et dès l’arrivée

 Sur l’île,  jetez l’ancre, abaissez la voilure !

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

2 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires