Au pays des illusions – Colette Guinard

AU PAYS DES ILLUSIONS

Au pays des illusions
Je m’enivre de ta tendresse
Que tu m’accordes avec passion
Et je me pâme sous tes caresses.

Mais n’est-ce là qu’un rêve, une suggestion
M’avertissant que cette étincelle
N’existe que dans ma tête, sans raison
Qu’un amour n’est jamais éternel.

Qu’il se fane pour ne plus exister
Tels ces mauvais jours, qui ont suivi
Ne plus se voiler la face et accepter
Ce désamour, qui nous a tant meurtri.

Il nous reste ce berceau d’allégresse
Où se penche à présent notre ange gardien
Il épongera, nos sanglots, nos chagrins
Et là nos cœurs, se noieront dans sa sagesse.

Texte de Colette Guinard

5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

16 vues
Colette Guinard

Colette Guinard (440)

Je suis marié à Jean depuis 63 ans ,nous nous sommes connus gamins 14 et 17 ans , nous nous aimons d’un amour idyllique qui a enrichi ma vie et m’a donné des ailes ,de l’inspiration pour la peinture,la sculpture, la poésie , je suis en fauteuil roulant depuis treize ans après un A V C !
Actuellement je vis dans un résidence seniors afin d’être proche de mon époux qui est en face dans un ehpad en fauteuil roulant lui aussi ayant fait un très grave A V C il a perdu toute son autonomie mais garde intact son intellect ce qui nous permet de vivre notre complicité !

Nos quatre enfants nous ont donné une grande famille Jean et moi attendons ensembles le bout du chemin main dans la main, rien ne vaut la vie elle mérite d’être vécue

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Pascale Jarmuzynski
Membre
27 juin 2021 22 h 49 min

Au fil du temps les grandes amours se transforment en un sentiment plus sage, moins fou ….. Les souvenirs de ces belles années d’amour intense restent gravées … Et on aimerait de temps en temps les revivre …. Mais ce qu!’il en reste n’est peut être pas du désamour ? …
Douce nuit à toi Colette 💐

Alain Salvador
Membre
27 juin 2021 16 h 22 min

D’une étincelle sont partis de grands incendies. Des illusions partent les rêves…