Un chant peuple tes appels – Alain Minod

the_love_letter-cropped-rtp_0UN CHANT PEUPLE TES APPELS

Sur les épaules de ton silence

Le chahut du monde

Dérape

Arrache-cœur –

Aux sillons de ton corps

Il se repose quand-même

Calcinant ton sommeil

Et bientôt il se hisse

Sur les attelles de

Mon désir

Il conflagre avec ton temps

Et innerve ton verbe effaçant

Les derniers traits de

Mon absence

Qu’il nous laisse le rêve

En enlaçant de ses rumeurs

Notre compagnie

Métamorphosé – j’amarre

Ton souffle au prurit

De l’instant…

Un autre monde se glisse

A la frontière

De nos voix

Grisée – à la périphérie d’un chant –

Tu me happes avec de telles douceurs

Que la nuit – chaude ici –

Semble s’installer

Sur tes lèvres

De rebelle…

Un chant est venu

Il souffle sur le fardeau

Du jour passé

Peuplée de tes appels

Cette nuit soupire

A tes vasques

Si marbrées

De lumineux éclats

Et tu te sens liée à toute poésie

Quand suinte comme

Un hologramme

A notre miroir

Du temps

Mais tu passes outre

Quand il nous polit

De ses images-aiguilles

Qui courent comme

Pour creuser nos

Chairs à vif

Et voilà que tes mots susurrent

Jusque dans l’espace opaque

Où l’aube plisse son œil

Dans l’ouverture

De la fenêtre

Tes mots de pervenche

Te fleurissent au jet

D’une fragrance

Tendue en

Offrande

Jusque dans les filets

Des arbres proches

Et je suis pris

Et m’engage au pas décisif

Que tu emportes

Avec toi…

C’est une vague jugulaire

Où viennent rouler

Tous accents

Consumant

Ma mélancolie pour

Un concert cosmopolite

Avec toi

Timbres – couleurs

Et sarments de

Ta voix

Se remêlent

Aux bourgeons du hasard

Que la nécessité a fait roi

De nos rencontres

Je ne suis plus un porte-faix

Où lourdement le bruit du monde

T’avait ravie à ma présence

Pénétrant dans l’entrée

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

22 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
11 mars 2016 9 h 14 min

C’est magnifique Alain, et je suis en admiration devant cette poesie qui sait se libérer du carquant de la rime tout en gardant sont rythme et sa legerté … Merci, je me suis sentie allégée de quelque chose !