« Souvenir Bonjour tristesse » – Joel Sellesques

« L’écossais »

 

Tu étais de ces jeunes minots

Que les jeunettes trouvent beau

Athlétique, Brun aux yeux bleus

Ta beauté faisait des envieux

 

Moi j’étais blond et pompiers

L’on s’était connu sur les chantiers

On y taffait pour le même entrepreneur

Nous étions tous deux couvreurs Bardeurs

 

Je t’ai invité à prendre l’apéro à la maison

L’on a entamé bien des sujets de conversation

On a tenté de refaire le monde à notre façon

Sur bon nombre de sujets nous étions en adéquation

 

Tu venais bosser tous les matins en bécane

En déboulant à toute vitesse dans la chicane

Je te disais tout le temps « tu finiras par te tuer »

« Si tu continues à rouler comme un cinglé »

 

Nos chemins se sont séparés, tu es resté à taffer

Tu t’es rangé et tu as eu un jeune bébé

J’ai du partir et me reconvertir à un autre métier

Deux hernies discales m’avaient disqualifiée

 

Ayant toujours ma place au sein des pompiers

Non sans avoir usé de subtilité pour y rester

Me voilà déclenché sur une inter, qu’on appelle un AVP

Message Sélectif : Accident : moto et VL impliqué

 

Arrivé sur les lieux, personne en VL juste choquée

Pour le motard, la ventilation et le cœur sont en arrêt

Mes collègues et moi commençons la réanimation

Pendant plus d’une heure nous alternons les positions

La victime sera à plusieurs reprises « Choquée »

En présence du SMUR, les secours médicalisés

 

Le médecin déclare finalement la personne décédée

Nous nous la couvrons pour préserver son intégrité

Et cacher son coté de visage tuméfié et ensanglanté

En attendant que les pompes funèbres soit arrivées

 

Puis l’on me demande de chercher des pièces d’identité

Afin que nos supérieurs remplissent le rapport d’intervention

Pour cela nous tournons jeune homme sur le coté

Se présenta à moi, la moitié de visage non tuméfiée, ensanglantée

Je reconnais de suite « l’écossais », Monsieur Cuttb..son

 

A la vue de ce corps inerte, je suis devenu livide

Le corps transi d’effroi , la vie me semblait insipide

Il m’a fallut bien du temps pour recouvrer tous mes esprits

Je venais de perdre « L’écossais », mon pote Dany

  

Tu étais né dans une bourgade écossaise

Arrivé jeune avec ta mère pour vivre à la française

Ton père était resté au pays des highlanders

Cette culture écossaise à la fois brave et fière

Qui montrait son cul à la bourgeoisie anglaise

Sur les champs de bataille chargés de sang et de glaise

 

Quand tu avais trop abusé du whisky

La mort prématuré de ton frère ainé te posait souci

Accidenté de la route, il avait été lui aussi

Tu prétendais avec ferveur

Que tu ne tarderais pas à le rejoindre au firmament

Culpabilité d’être resté vivant

Ou prémonition d’une mort annoncée

Bien souvent la question je me suis posée

 

Tu reposes désormais au coté de ton frère ainé

Sacré putain de destiné qui vous a été réservée

A peine plus de vingt ans quand la mort vous a fauchée

Comme des cons, nous sommes tous restés plantés

 

Je te disais tout le temps « tu finiras par te tuer »

« Si tu continues à rouler comme un cinglé »

Pendant bien longtemps, cette déclaration

Pourtant pavée de bonnes intentions

A mis dans mon esprit un sentiment de culpabilité

 

Sur la stèle de ta pierre tombale

L’on aperçoit de loin

L’étendard de ton écosse natale

 

Tu t’appelais Dany Cuttb..son

En moi ton nom encore raisonne

Mais l’on te surnommé « L’écossais »

Culture et pays que tu arborais avec fierté

Même si tu étais devenu français

 

J-S

Drapeau de l'Ecosse

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

1 vue
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires