SERAS TU LÀ ? – Sandrine COUDERT

SERAS TU LÀ ?

Si je pars trop loin,
Parce que je cherche en vain,
À combler ce vide abyssal,
Dont l’étreinte infernale,
Creuse mon coeur d’un froid glacial.

Si je me perd ailleurs,
Dans des lieux sans lumière,
Au pays des ombres solitaires,
Où j’aurais si froid que je pourrai me figer,
dans le sol m’encastrer,
Et puis ne plus bouger,
Pour devenir un de ces arbres aux bras ballants,
Qui pleurent des feuilles de larmes en tremblant,
Et qu’on trouve aux pieds des gisants.

Je risquerai d’y perdre mon Ame
Le désespoir aidant.

Si plus jamais le jour ne se levait,
Et si l’aurore soudain dans l’horizon se perdait.

Si en levant ce qu’il me reste d’yeux ,
Tant ils ont fondus d’avoir pleuré ,
Je n’avais plus de voeux…

Si Je ne trouvais plus d’etoiles dans le ciel de mes nuits,
Si la lune se cachait de peur de disparaître aussi.

Si seul mon coeur inquiet battait
à tout rompre,
Et risquait de s’interrompre
Pour s’extraire de cette terre,
Prête à le recouvrir,
Et finir enfin par complètement m’ensevelir.

L’entendras tu,
Seras tu Là,
Me verras tu,
Me trouveras tu
Loin de chez toi,
Et sauras tu,
Me ramener là,
Tout près de toi,
Au creux de ce coeur
En qui encore je crois .

Ton amour si sincère
aura t il la force
De retourner la terre,
De gravir des montagnes,
Dans cet hiver brutal qui me gagne.

Sauras tu soudoyer le soleil,
Pour éclairer le sombre ,
Trouveras tu mon ombre,
Et sous elle mon âme.

Prépare toi mon coeur,
Sors tes armes de douceur,
Affûte ta tendresse,
Que jamais elle ne cesse.

Attise ta flamme,
Qu’elle se propage,
Pour qu’un incendie
me ravage,
réchauffe toute mon âme.

Qu’elle soit resplendissante,
Fais mon coeur florissant,
Qu’il soit incandescent,
Que ta clarté m’inonde
de lumière,
envahisse tout mon être,
Qu’elle amorce cette envie
désespérée de vie.

Fais rejaillir de cette tombe
Cette énergie,
En geyser ininterrompu.
Ranime moi je suis perdue,
Ramène moi sauve à la vie,
Abreuve moi à la source,
De ton amour plein de ressources.

Je veux épouser la chaleur,
Blottie dans ton coeur.
Je veux cette douceur,
Propre à tes gestes.
Je veux toute l’épaisseur,
De ton amour solidaire,
Déterminé, sans conteste.
Que sa ténacité atteste,
Mon importance sur terre,
L’intérêt que mon coeur prospère .

Je veux que cet amour soit nucléaire,
Lui seul viendra à bout de ce besoin,
qui me rend la vie si austère …
150217
Sandrine Coudert
Tdr

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

5 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
O Delloly
Membre
16 février 2017 17 h 25 min

Belle force dans ce poème-prose irrégulier
Bel appel à l’autre

merci pour le partage, j’ai apprécié
Oli

(seul bémol, le titre venant après
un même titre publié la veille!
la langue francaise est si riche !)