Rencontre – Simone Gibert –

C’est sans contrefaçon,

Cheveux longs, un blouson,

Sa moustache barre

Ses joues de barbare.

 

Il a la carrrure

D’un véritable dur

Issu d’un film noir,

Où transparaît l’espoir.

 

Tout au fond de sa voix,

On dénote parfois

Un accent gouailleur

Qui vous propulse ailleurs.

 

Quand il chante sa voix

C’est comme un éclaircie,

Sa voix se fait tendre,

On peut tout comprendre …

 

J’ai brossé le portrait

Qui n’est pas trait pour trait,

Il n’est fait que de mots,

Si c’était un tableau :

Le visage esquissé,

A peine coloré,

J’aurais peint le regard,

Ce n’est pas par hasard.

 

C’est même très sérieux,

En plongeant dans ses yeux,

J’ai effleuré son coeur,

Et cela m’a fait peur.

 

Il ne faut réveiller

Mes démons ligotés,

Au fond de ma raison

Qui leur sert de prison.

 

Sans tatouer le corps,

Tu as peut-être eu tort,

Le sais-tu tatoueur,

De tatouer le coeur ?

 

©Simone Gibert

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

19 vues
Simone Gibert

Simone Gibert (142)

Au MAROC depuis l'âge de7 ans.
Etudes secondaires au Lycée de Jeunes Filles à Casablanca.
dans les années 50.

Au Secrétariat d'une Entreprise de Bâtiment à Annecy.

Deux années passées au SENEGAL.

J'aime la nature, la peinture, je m'essaye à la poésie.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
15 octobre 2018 12 h 21 min

Un léger fantasme dans ce récit. Une écriture assez directe et bien menée. Bien à vous M.G