premier mai – Georges Cambon

Sonnet

Un merle sifflait un chant ouvrier

Sur l’épaule d’un vieux prolétaire

Dans le cortège des damnés de la terre

Le merle flûtait fort sans se faire prier !

 

Un drapeau rouge flottait au vent léger.

Le portrait tout en couleur du petit père

Des peuples, chuta du camion allégé

C’était un premier mai, jour prospère

 

Elle m’offrit un brin de muguet, un baiser

Comme dans un poème  de jacques Prévert;

Je pris le métropolitain, le cœur apaisé

 

Une pluie de confettis m’a recouvert

C’était hier, sous le front populaire

Le merle sifflait un chant tutélaire !

 

©G Cambon

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

36 vues
Georges Cambon

Georges Cambon (79)

Ancien libraire, j'aime la poésie et la politique d'où mes choix, parfois, de textes engagés! Mes poètes préférés sont Aragon, Verlaine, Mallarmé et Valéry!

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Anne Cailloux
Membre
19 septembre 2018 22 h 07 min

Un très beau poème qui a un style particulier que j’aime beaucoup
un petit air de gavroche..
bravo, vraiment
Anne

Christian Satgé
Membre
19 septembre 2018 14 h 43 min

Un fort joli texte qui cache sous des dehors de simplicité une véritable force de caractère et un tout aussi puissant message. Bravo et merci…