Petit tas couché, Petit tas blessé – Véronique Monsigny

Petit tas couché,  Petit tas blessé – Véronique Monsigny

Petit tas couché,  Petit tas blessé

 Petit tas tombé,  Petit tas laissé

 

Je me couche ce soir, je tombe de fatigue

La journée m’a lassée et parfois m’a blessée

Mais jamais en vesprée  me trouve délaissée

En refermant ma porte bien au chaud je m’endigue

 

Toi qui dors dans la rue par ce froid où l’on craint

De  sortir le chien de peur qu’il ne s’enrhume

On t’oublie car nos yeux se font voile de  brume

Pour  nos cœurs qui ignorent  ce que c’est qu’avoir faim

 

Toi qui dors dans le froid tandis que pour nos aises

Pour combler nos envies qui ne savent plus attendre

Nous chauffons les légumes et  les fleurs les plus tendres

Afin d’emplir nos bouches  en hiver  de fraises

 

Tu  tombas dans la rue, quand je tombais enceinte

Je tombai amoureuse, toi tu tombas  tout court

Et toujours est en cause Celui qu’on nomme Amour

Qui cajole certains et qui d’autres esquinte

 

Toi tu  gis là blessé par la vie nous dit-on

Mais non, c’est trop facile, c’est mon regard qui blesse

C’est ma peur de l’autre  qui ce soir te délaisse

D’Abel je suis Caïn ton œil est dans la tombe

 

Mais non c’est trop facile c’est mon indifférence

Mon absence d’amour qui peu à peu te tue

Alors qu’il suffirait que je te dise « tu »

Me souvenir enfin de mon frère en errance

 

Petit tas couché,  Petit tas blessé

Petit tas tombé,  Petit tas laissé

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

10 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brahim Boumedien
Membre
19 janvier 2016 18 h 17 min

Triste constat : notre société a échoué, nous avons échoué et le pire est que nous allons d’échec en échec. Le salut viendra sans doute (car il reste de l’espoir) d’un nombre important d’anges, à l’image de Véro, pour rendre à l’humanité, son humanité…

Merci, chère amie, pour ce partage qui nous amène à voir la réalité nue, et en face.