Naissance d’une sirène – Anne Cailloux

Elle était amoureuse, mais l’homme qu’elle charmait était insensible.

il était marin dans l’âme et n’avait comme seule maîtresse, les eaux turquoises de la Méditerranée.

Sur la rade de Brest un matin, elle prit la mer, pour se noyer dans les flots, oubliant des rêves qu’elle n’aura jamais.

Elle sombra dans des profondeurs abyssales, puis, elle se mit à prier le Dieu de la mer, lui demanda audience, l’implorant, puis, l’accusant, lui certifiant, qu’il était responsable, que cet homme qu’elle aimait, n’avait d’yeux que pour cette mer déchaînée.

Poséidon fut captivé par cette jeune femme, par l’ivresse de ses yeux couleur émeraude. Il l’emmena dans l’antichambre des Dieux, et lui proposa de rejoindre cet homme, de tenter de le séduire, qu’elle aurait de grands pouvoirs, qu’il allait succomber à son charme. Elle accepta de bonne grâce sans demander plus.

Elle perdit connaissance, puis se réveilla sur un rocher.

Elle se regarda et se découvrit sirène.

C’était la volonté des Dieux alors, elle décida de le séduire, puisque tel était son destin.

Une nuit, postée à l’entrée du détroit de Sicile, elle vit son navire au loin, elle s’approcha en ondulant dans une danse érotique, son corps dansait sur les eaux, tel Jésus de Nazareth , il soufflait un grand vent , la mer était agitée, Éole épousait sa cause, assurément, à son approche même les tempêtes se calmaient, elle se mit à chanter d’une voix aussi fine que le cristal. Il ne vit que ses yeux émeraude, elle l’appela, elle le toucha, elle sema son grain de folie sur son grain de peau, il eut le vertige des profondeurs, il ne résista pas, il succomba à son chant, même la banquise fondit sous son charme.

La sirène avait un pouvoir qu’elle voulait exploiter jusqu’au bout, elle laissa son marin dépité de chagrin après l’avoir rendu à moitié fou. Elle partit sur son rocher attendre le prochain bateau. Un certain Ulysse devrait passer…

Depuis, le marin vit avec une sirène au fond des yeux….

Il se dit qu’il y a un réchauffement climatique, une fonte record de la banquise… Ne cherchez plus, vous savez…

©2017 -Anne Cailloux

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

66 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
7 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Fattoum Abidi
Membre
11 septembre 2017 16 h 03 min

Merci Anne j’ai bien apprécié la lecture de ce beau texte captivant.
Mes amitié
Fattoum.

ChanTal-C
Membre
10 septembre 2017 19 h 03 min

Quelle jolie fable qui fait rêver…….
Envie de suivre la sirène !
Merci Anne
Bise

Chantal

O Delloly
Membre
10 septembre 2017 18 h 00 min

Merci Anne, pour ce moment de fable poétique
Tout amoureux de la Mer, devrait le lire!
Oliver