L’orage – Gilles Abadie

1912060665_1_5_sew4Lo9B

Les feuilles du cerisier s’agitent brusquement

L’orage n’est pas loin, souffle soudain le vent

Deux ou trois longs éclairs illuminent le ciel

Un gros coup de tonnerre puis une pluie torrentielle

De ma fenêtre je vois, peuplier se ployer

Sous les rafales du vent qui s’est très renforcé

C’est le déluge dehors, le même que dans ma vie

Depuis ce jour maudit où soudain elle est partie

Toutes ces gouttes de pluie qui s’abattent violemment

Me rappellent mes larmes de ce mauvais moment

Où sans vraiment mot dire, elle a fait sa valise

Un amant dans sa vie, d’après ce qu’ils en disent

Je n’ai jamais cherché, à savoir vérité

Peu importe le motif, puisque mal était fait

J’ai beau vraiment l’aimer, trahison ne s’efface

On ne guérit jamais, tout départ laisse des traces

Elle ne m’appartient pas, elle fait ce qu’elle veut

Chacun de sa p’tite vie, en est maître du jeu

Sentimental je suis, je souffre énormément

Mais que puis-je bien faire, si contraire est le vent

Ce grand vent qui dehors, commence à s’affaiblir

Laissant branchages au sol en guise de souvenir

Comme ce foulard tombé dans son empressement

Et son parfum léger qui y survit dedans

L’orage s’est arrêté, je ferme les volets

La nuit s’est installée, mes yeux sont embués

Demain il fera jour, le soleil reviendra

Peut-être que l’amour, lui aussi, renaîtra…

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

1 vue
Gilles Abadie

Gilles Abadie (41)

J'aime jouer avec les mots. Alors, après avoir commencé à écrire, je me suis mis pendant de longues années à la création de grille de mots croisés. Pour finalement revenir à l'écriture de textes et de citations que je vous ferai découvrir au fil du temps.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Plume de Poète
Administrateur
23 avril 2016 19 h 11 min

Merci pour ce beau partage poétique Gilles qui est bien prometteur !
Nous avons hâte de découvrir vos autres écrits. . .
Bien à vous,
Alain