L’homme seul qui s’endort – Salomon Alunee

Dans un silence mélodieux
les étincelles carillonnent
Elles se reflètent dans mes yeux
Là ou mon insomnie sillonne

Comme une femme à mon chevet
Enveloppée d’un drap céleste
La nuit se lève de sa sieste
Et me fredonne son sonnet

Et puis je deviens somnolant
Mon esprit naïf vagabonde
Là ou la poussière du monde
Dessine un songe insignifiant

Et je sombre dans ce couloir
Elle me regarde taciturne
Les secrets se lèvent le soir
Le matin regagnent leurs urnes

©

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

15 vues
Salomon Alunee

Salomon Alunee (5)

j’ai commencé à écrire à 13 ans, aujourd’hui j’en ai 23, avec le plaisir de vous faire découvrir mon univers et de découvrir le votre. J’aime déverser ma poésie sur les belles choses de la vie mais aussi sur les plus sombres

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires