L’ESTEREL – Véronique Monsigny

L’ESTEREL – Véronique Monsigny

 

Impudique tu offres tes flancs au grand soleil

Déployant devant nous un pays de merveilles

Goulument tu te gorges des lumières  que t’envoie

La méditerranée qui baigne tes parois

 

Entre mer et montagne tu surgis d’un volcan

Qui se tait et se terre en ce lieu idyllique

Qui se souvient encore du sulfureux boucan

Que firent de leur batterie les lions de rhyolite

 

Les neiges éternelles, couronnant ta beauté

Des rayons du soleil et de l’azur du ciel

Te font un diadème en pierres de volupté

Gouttes rouges de sang, porphyre bleu d’Esterel

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

69 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Chalzib
Chalzib
Invité
7 mars 2016 23 h 45 min

Joli poème . Vous avez changé le genre du massif , le féminin lui va très bien. Je traverse souvent ce lieu , aux roches rouges, c’est sauvage peu habité. En ce moment les mimosas inondent de partout et la mer turquoise et démontée parfois se brise sur les côtés déchiquetées. L’Esterel qui sous votre plume devient Estérellle et rime avec belle, Estelle, ombrelle me plaît bien . Merci .