L’escapade d’un petit Chaton de Béatrice Montagnac

L’escapade d’un petit Chaton

Dans la forêt au milieu des arbres immenses et effrayants, un petit chaton perdu miaule de détresse. D’une lenteur nonchalante, un escargot passa par là.

Dit petit, que fais-tu là tout seul dans la forêt ?.

Il sursauta, surpris.

Je… je me suis sauvé pour voir la vie dehors et j’pense que je me suis égaré.

Soudain, l’orage gronde, un éclair inonde au loin la vallée de sa lumière. L’escargot dit au chaton.

Va sous le champignon lumineux à l’abri, tu es tout mouillé et apeuré.

Oui monsieur le parapluie.

Le chaton va donc sous le gros champignon afin de s’abriter. Monsieur le cèpe baisse la tête pour mieux le protéger, il lui dit.

N’ai pas peur petit, je ne te veux pas de mal et je ne suis pas un parapluie, mais un champignon.

Merci, un champignon parapluie alors, dit timidement le chaton.

OK comme tu veux petit.

Le soleil fit enfin son apparition entre deux nuages. Le chaton repart donc à l’aventure. En route, il rencontre une mante-religieuse qui se pose sur son pelage. La belle le guide vers les habitations.

Vous êtes mon ange gardien ?.

Oui petit chat, comme une étoile, je vais veiller sur toi.

Plus loin, une église apparut. Ils entrent à l’intérieur, font leur prière et allument les bougies. Ainsi, les cierges éclaircissent les vitraux.

Que c’est beau, s’exclama le chaton.

Oui, c’est ici que je vis avec les autres mantes-religieuse, vois-tu .

Qu’est qu’il fait chaud ici, c’est un four là dedans, se plaint-il.

Oui, je sais, c’est toujours comme ça après les pluies orageuses, répond-elle.

Ils sortirent, se dirigèrent vers un mac Donald animalier.

Peuf nifff j’aime pas la salade, dis le chaton.

Ils ne font pas que des salades petit, dit-elle

Vois-tu, il y a des chiens, des chats, des tortues, des biches… etc. Tous ne mangent pas que de la salade ! Je crois que tu vas trouver ton bonheur petit chaton.

le petit chaton réplique.

Non mais ils se racontent bien des salades. Chouette, quand même, je voudrais du bon lait chaud et m’asseoir. J’ai des ampoules à mes coussinets.

Oui, laisse les faire si ça les amuse, tiens, voilà une table là, installons nous.

Un cerf vient prendre leur commande.

Vous désirez ?.

Moi, un lait chaud, demande le chaton.

Un plat d’insectes bien épicé, commande la mante-religieuse.

Le cerf repart aux cuisines, puis, revient les servir. Ils dînèrent tout en papotant. Soudain, entre un couple de chats.

Papa ! Maman !, criât le chaton tout excité.

Les parents sont heureux d’avoir enfin retrouvé leur petit diable, qui parfois leur en fait bien voir ma fois.

Ainsi se termina l’escapade du petit intrépide.

Béatrice Montagnac

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

18 vues
Béatrice Montagnac

Béatrice Montagnac (52)

poétesse entre rêve et réalité de l'amour à la détresse et parfois révoltée poétesse engagée(née à Lathus saint rémy 86390)

Romancière de roman policier un deuxième roman en cour d’écriture

l’écriture une évasion au delà des mots

Mon recueil de poésies sensuelles, poème d'une révolté, poésie nipponnes sont sortis aux éditions Stellamaris

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
28 juin 2017 19 h 47 min

Très jolie histoire d’un petit chat qui voulait voir le monde, Et comme dans les contes, l’histoire se termine bien .C’est bien de mettre en scène des animaux, voilà une belle histoire à raconter aux enfants avant de s’endormir ; Bravo Béatrice