L’enchantement du temps – Laurelise Chalzib

L’enchantement du temps        Laurelise Chalzib

Il s’agit d’une arche entre deux mondes.

Pour le moment….

C’est bien l’image du rhinocéros qui me vient

Le fonceur se rassasiera d’aveuglement, de surdité, et de n’importe quoi!

Laissons-le tâtonner et se tromper….

Arriverai-je à me faufiler

Sur les bords de l’allusif, du suggestif ?

Suffisante plasticité ?

N’effacerai-je pas les traces

Celles de la Diseuse, laissées pas à pas

Laborieusement. Rosier de murmures

Liseuse, serai-je à la hauteur ?

Peindre la poésie est un acte grave, lent et structurant

La hâte précipite parfois les dires

Délectation. Mais le champ du temps,

Cette vaste étendue semée de fleurs de patience

Est frappé de sa logique,

Nul ne sait quand viendra

Le temps du chant. Nul métronome

Donnera la cadence.

Demeurera le tempo de l’insu

Ce savoir qui ne se sait pas.

L’indicible d’une lueur du jadis

Jadis qui soudain aura jailli

Non mesurable, hors tempo, Ad libitum

InouÏ. Enfoui depuis si longtemps…..

Alors pourra naître la parole qui sauve

Celle qui prend la lettre au mot

La dispose avec justesse, et la cisèle comme une dentelle.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

8 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
10 février 2016 8 h 58 min

Que de belles choses bien dites dans ce poeme ! Il pourrait en enfanter bien d’autres. “Ce savoir qui ne se sait pas” que certains appellent inspiration et d’autres inconscient par exemple, nous le pourchassons tous. Et pourtant c’est au coeur de la nuit de nos vulnerabilités que souvent il surgit. Chut ! Ecoutons avec vous Laurelise. Merci