La belle Aphrodite.. – Anne Cailloux

Elle était grecque jusqu’au bout des pieds ;

les Dieux la suivaient pas à pas

elle dansait sur le son du bouzouki

offrant aux hommes, selon la lune

le glaive ou le bouclier.

 

Venez la rejoindre sur l’île des Dieux..;

Dionysos vous offrira agapes

pour vous perdre dans le labyrinthe

de cette jolie dionysienne ;

sa douce liqueur  vous emportera

vers d’autres plaisirs, d’autres folies.

 

Ses yeux de flamme abritant l’âme d’Aphrodite

ses prunelles éclairent

les coins les plus sombres de votre âme.

 

Sa peau, baignée d’ânesse, est aussi douce qu’un nuage,

ses lèvres de pourpre vêtues

vous enrobent de leurs servitudes ;

vos douleurs fuiront vers les mers, emportées par Éole ;

il sera dur pour vous de ne pas l’aimer

mais plus dur encore, de l’aimer.

 

Elle tissera les saisons des amours

prenant les poses d’une volupté naissante

couchée sur de la myrte et du thym sauvage,

offrant ses yeux ouverts sur la canopée.

 

Comme le métal de son glaive

elle vous transpercera l’âme ;

le bouclier repoussant les flèches d’Eros

la belle Cypris restera de marbre

tout comme sa peau vêtue.

 

Ce soir, les Dieux t’offrent de nouveau tes vingt ans..;

Il sera assez Temps demain

de se rappeler du Temps passé.

Viens….

 

©Anne Cailloux

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

31 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
5 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
12 novembre 2018 11 h 04 min

Quand souffle le zéphyr, il faut se laisser porter… Merci pour ce bonheur aquilon.

Christian Satgé
Membre
12 novembre 2018 6 h 33 min

Un voyage dans le temps et l’espace de plus envoûtants qui ne peut que charmer. Bravo et merci, Anne…

O Delloly
Membre
11 novembre 2018 23 h 34 min

bravos à Vous Anne Cailloux pour ce moment
vous avez assurément un style . Merci
Ol