Je m’occupe – Wolf Gorbatchèv OSCAR

Je m’occupe du silence qui boude

Depuis que tu as dit que c’est fini

De ces heures si lourdes

Qui m’écrasent la nuit

Je m’occupe de ces sentiments déchirés

Que le temps ne peut pas coudre

De ces larmes révoltées

Qui sèment des poudres

 

Je m’occupe de ce vide oppressant

Qui creuse mon cœur chaque jour

De ces espoirs en sang

Qui n’entendra plus les tambours

Je m’occupe de ce chagrin qui colonise

Mes pensées rebelles

De cette fureur qui tranche la brise

Et les souvenirs qui s’amoncellent

 

Rire sans espérer c’est déjà un bon pas

À chacun son panier d’épreuve, faut lutter

Quand il n’y a rien, il reste son cœur qui bat

On ne sait où nous emmènent les années

 

Je m’occupe des lames de déception

Plantées dans mes entrailles

De ces entailles

Que laissent le divorce dans sa perversion

Je m’occupe de la tristesse qui m’assiège

Quand je vois un enfant avec son père

Du désespoir et ces revers

Pour ne pas tomber dans ses pièges

 

Je m’occupe de la société

Qui me juge pour ce que je n’ai pas

Des piques de mon passé

Qui dit : le mariage est une farce ici-bas

Je m’occupe du complot de la colère

Pour détruire ma jeunesse

Des sachets de tendresse

Qui disparaissent dans la mer

 

Rire sans espérer c’est déjà un bon pas

À chacun son panier d’épreuve, faut lutter

Quand il n’y a rien, il reste son cœur qui bat

On ne sait où nous emmènent les années

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

35 vues
Sauvegardes Poèmes

Sauvegardes Poèmes (538)

Ce compte regroupe tous les poèmes des auteurs qui ne sont plus inscrits sur le site en tant que Membre afin de laisser une trace de leurs textes pour le plaisir des lecteurs depuis le site Plume de Poète.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
7 avril 2016 8 h 46 min

Oui oscar, les mots coulent dans vos veines et font une merveilleuse cascade. Quelle belle façon de dire sa tristesse face à l’absente. C’est beau, sans haine, et meme plein d’amour. Bravo !