Jacky et Emilie – Petite Plume

Jacky, afro américain, vivant à Jackson, Mississippi
Pour lui la vie est difficile en plein coeur des 60’s
Ce sont des files d’attentes interminables
Pour accéder à l arrière du bus pour se rendre à son travail
Ou il est barman dans une boite de jazz branchée ou les jeunes se déhanchent
L’avant du bus était bien sûr réservée à la population blanche

Emily, elle, est pâle et très jolie
Elle est serveuse dans une cafétéria
Elle économise afin d’entrer à Columbia
Son rêve devenir professeur de biologie
Elle possède déjà une voiture, une chevrolet
Un cadeau de son grand père mc kinley

Un jour victime d’un coup de fatigue, elle s’écroula sur le trottoir
C’est par pur hasard que jacky passait par là ce fameux soir
C’est alors qu’ a lieu le coup de foudre
Des étincelles qu’on appelle l’amour

Jacky et Emily se sont tout de suite aimé d’un amour passionné
Mais hélas au milieu une couleur de peau
Autours d’eux des esprits trop fermés
Qui ne supportent pas le bonheur des deux tourtereaux

Aller au cinéma ou prendre un verre relevait du parcours du combattant
Partout les noirs devaient s’effacer devant les blancs
Avec des entrées, des cloisons ainsi que des toilettes séparées
Portant un écriteau « pour personnes colorées »

Pour eux s’en étaient trop
Obligé de se cacher pour avoir un peu d’intimité
De mentir à sa famille, ses amis
Pour ne pas subir les moqueries, les railleries

Leur avenir devenait de plus en plus dangereux
Si le ku klux klan les attrapaient, ils pouvaient finir en « croix de feu »
Ou tomber dans un guet apens
Tendu par des suprematistes noirs ou blancs

Vivre leur amour aux yeux de tous était alors impossible,
Ils firent alors l’impensable
Tellement marre d’être jugé coupable
Qu’ils comment ce geste effroyable
De mourir ensemble à la belle étoile

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

22 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Anne Cailloux
Membre
9 avril 2019 21 h 27 min

Cela me rappelle deux écrits sur la Louisiane que j’avais fait..
J’adore votre écrit qui est si parlant, les images sous sautes aux yeux.
Magnifique
Anne

Bernadette Laroze
Membre
8 avril 2019 20 h 55 min

Très bien écrit ce poème, mais “Tendu par des suprématistes noirs ou blancs”, dans les années 60, je ne crois pas. Les suprématistes blancs, je connais, mais les noirs à cette époque, je n’en n’ai jamais entendu parler.