Immortalité – Patrice Fougeray

Immortalité

 

Je refuse la mort

Je refuse l’oubli

Je récuse le sort

Sans excuse, je vis.

4.5 2 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

13 vues
Patrice Fougeray

Patrice Fougeray (41)

Journaliste retraité de la presse écrite régionale,J'ai été amené à m'intéresser à tous les aspects de la vie en société. Cependant plus attiré par la culture que les faits divers, même si certains de ceux-ci m'ont conduits à écrire une recueil de nouvelles ,"L'Oeil inquiet", puis un récit romancé ," Relation(s)" en recherche d'éditeur, et un second recueil de nouvelles "Vies secrètes", également en attente d'édition.
Mon psuedo d'auteur, Julien Ertveld, vient de la séparation des mes centres d'intérêt lorsque j'étais journaliste. Il s'agit du nom de jeune fille de ma mère, dont le père avait une origine belge.
J'écris de la poésie depuis l'âge de seize ans.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Anne Cailloux
Membre
13 avril 2021 9 h 48 min

Vous avez raison je vous rejoins? Je suis présidente de ceux qui refuse la mort.. il faut la mettre à la porte. De toute façon, elle ne m’aura pas eux fois.

Lucienne Maville-Anku
Membre
12 avril 2021 23 h 30 min

Votre texte est pertinent. Bravo, Patrice.
Je n’ai d’autre commentaire. Cependant, en guise de réponse, je vous dédie un extrait de mon texte “Je choisis de rester“, que je n’allais pas de sitôt publier :

Qu’on ne fuie
Q’on ne fuie la vie qui nous appelle
Et qui dit notre nom
On peut décider
Qui on veut accompagner
La Vie ou la Mort
Qui se présenteront
Pour l’heure moi je veux rester
Peut-être indécis toi tu es
Tiraillée entre les deux
Ne sais ce que tu dois préférer
C’est à toi de choisir
Moi je choisis de rester
Je dois encore écrire
Je n’ai pas encore fini
Je n’ai pas encore tout dit
Je tisse encore le nid
Je n’ai fait que commencer
 
Je regarde à l’horizon
Et rien je ne discerne encore…
Là-bas sur les flots 
Voguent et flottent des vaisseaux
Mais aucun ne porte mon nom
Je reste ici et je veille
J’ai des lignes de pages
Des pages de lignes à écrire
Plonge ma plume dans le puits
De son encrier
Ma lampe est allumée
Alerte est mon esprit
Mon œil qui me conduit
Qu’on ne fuie
Q’on ne fuie la vie qui nous appelle
Et qui dit notre nom
Qui nous dit de rester
Quant à moi je choisis de rester

Lucienne Maville-Anku, 10/04/21, 10 :42

Dernière publication 9 Mois Texte commenté il y a par Lucienne Maville-Anku
Pascale Jarmuzynski
Membre
12 avril 2021 20 h 50 min

on ne peut échapper à la mort …
on peut passer au travers de l’oubli …
à chacun son sort …
VIVRE est l’essentiel …

Bonne soirée à vous.