ENTRE ARBRES – LYCEE ET MACADAM – Alain Minod

ENTRE ARBRES – LYCÉE ET MACADAM

Sous le vent soulevant du marbre-macadam et de l’arbre le soleil : seul œil de l’âme

Le flux intermittent qui agite les arbres…

Dans le même temps : le flot qui s’alite au marbre

Fluorescent – ne cogite sur sa vitesse…

Sang et corps de la ville ! Le vent vous caresse !

Sémaphore habile sur « temple du savoir »

N’étant habillé d’amples tamis-allumoirs

Que par toi – Soleil ! – il vrille en sa mise au mur

Et ta veille ne brise moire sous l’azur

Sur ces prismes qui abritent l’être secret

Que n’abîme aux fenêtres le bruit : « si sacré » !

O Brise qui traîne tes prises agréables

Comme des chaînes de bisous si vénérables

Ta scène aux arbres – saoule en vérités osées

Nous rassérène en verbe jamais arasé

Par des arènes armées d’acerbes pouvoirs

En leurs trames désarrimées du vrai savoir

Dont l’âme rougit en ces rimes près du « temple »

Où le temps rugit et s’anime au soir qui tremble

Dawn_3-1000x800

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

0 vue
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires