Dans l’asile de l’asinerie – Christian Satgé

Petite fable affable

Sans paillepoutrer, avare de prose
Et sobre côté vers, un âne, un jour,
Apprit, et en devint des plus moroses,
Qu’un être qui lui fut cher sans décours
Ne valait, hélas, en fait, pas grand chose.
Ce jour-là, ça fumait sur le fumier,
Quoique fulminer n’est pas coutumier
Chez ces bêtes qui n’ont rien de grandiose :

Un bardot, tête de mule avérée,
En prétextant un certain droit d’ânesse,
Voulut, las, flouer le plus pondéré
Des baudets, notre ami, mais sans finesse.
Ce maroufle, son frère, résidait
À l’étable où l’âne avait, tout bonasse,
Sa moitié, son picotin et sa place.
L’autre exigea que tout lui soit cédé.

Notre âne lui fit d’une voix virile :
« Sot, à quoi te sert d’être mon aîné ?
Tes prétentions sont comme toi : stériles ! »
Risée, on le bannit pour ses menées.
Puis vendue la bourrique puérile !
« Bonheur rend inconscient voire insolent
Mais malheur fait conscient et vigilant ! »
Dit alors sa mère au fripon fébrile.

© Christian Satgé – juin 2015

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

30 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
16 décembre 2018 14 h 28 min

J’ai trouvé sabot mais ça j’avais déjà dû le dire. Et je me demandais si un âne qui paillepoutre ne serait pas un âne giscardien, mais tout ça c’est du picotin avarié bien que le baudet eût pu se nommer Bijou et n’aurait été bon qu’à ça; En tout cas, j’ai bien aimé. A bientôt, je vais être silencieux un certain temps…

Anne Cailloux
Membre
16 décembre 2018 13 h 27 min

Une belle histoire d’âne comme je les aimes.
Anne..