Le corbeau et les poulets – Christian Satgé

         Petite fable affable

Un juge, portant un costume improbable
Qui aurait connu un passé incertain,
Bref togé de frais et perruqué grand teint,
Voulut se faire justice : un pauvre diable
L’avait, certes un peu vertement, rudoyé
Quand cognant sur sa femme il lui aboyait
De perverses insanités et insultes,
Étant pire mari que jurisconsulte…
Mais grand donateur au denier du culte.

Le robin avait donc un rosseur à rosser.
Ainsi jugeait-il, sans faire de procès,
Qu’il lui fallait agir. La Cour, Monsignore,
Ayant ses raisons que la Raison ignore !

Ce concombrant cornichon, de lui trop sûr,
Tend un piège au vengeur de bonnes femmes
À deux pas du travail de ce vain gros dur
Avec ce qu’il faut de bâtons et de lames…
L’embuscade tint ses promesses. Le quidam
Fut pourtant secouru, au grand dam
Du juge : ils ont vu qu’il y avait problème,
Tous les gars du commissariat du vingtième,
Amis du matamore battu sans flemme.

Il est des cucurbites creuses, l’ami
Qui comme la guêpe, tout d’acrimonie,
Se tuent à vouloir détruire leur semblable
Et n’y gagnent que soucis invraisemblables !

© Christian Satgé – avril 2016

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

20 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
7 janvier 2018 13 h 39 min

Mon pote âgé, me disait de s’occuper de ses oignons! Pour ce qui est de la guêpe, en cas de piqure, il est conseillé de partir dard,dard… Belle fable à l’image de La Fontaine, homme très affable. Merci pour cette réflexion.

Fattoum Abidi
Membre
7 janvier 2018 12 h 06 min

Merci beau et sage réflexion