A cette tourmentée – Kamel usbek

Une larme au bout de l’œil,

un cygne, sur l’onde qui s’effeuille,

Une pupille triste, bien en deuil,

Cernée de cils, icône de mon recueil.

Mots doux et sereins, lui tiennent la main,

lui murmurent , la vie sera plus gaie demain,

Ne te laisse pas glisser, finir dans un ravin,

L’espoir, orne la vie, tel le levain le pain.

Si les mots ne trouvent plus d’accueil,

Que ton œil, leur sera cercueil,

Le poète mourra de deuil,

Le temps gâtera ses feuilles.

troubadour © copyright

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

17 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires