Ville!: tu conjoins nos voix sur d’autres voies – Alain Minod

1557692963 PARIS et la misèreVILLE ! TU CONJOINS NOS VOIX SUR D’AUTRES VOIES

Au salut de la nuit

S’avale le grand bruit

Sous la sueur du jour

Sous les lueurs qui courent

Parader sous la pierre

Avec soldats lunaires

L’érodant sur sa base…

Mai nul feu ne l’arase

La rumeur en sommeil

Ramène aux voix de veille

Qui creusent les lèvres –

Avec leur propre sève –

De ces bouches de rue

Paris reste leur bru

Qu’enlacent sans promesse

Leurs discours et caresses

Petit train de la vie

Comme tu ralentis

Dans la nuit qui t’écoute

Nul ne veut ta déroute

Mais le printemps venu

La misère est à nu

Aiguillons nos baisers

Sur tes voix plus osées :

Celles que tu demandes

Et que nul ne commande

Mais appelle à reprendre

Sans brûler toutes cendres

De nos tendres désirs

Aux nuits du souvenir…

Pâques Comptoir Voltaire

Nous vaquons sur ta terre

Et les yeux incendiés

Nous savons nous lier –

Sans aucune terreur –

Aux feux de la ferveur

Tant que la ville rappelle

Ici – toutes les ailes

Du plus luisant des soirs

Pour faire briller l’espoir

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

3 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
28 mars 2016 9 h 33 min

Merci Alain pour ce bel hymne à la vie parisienne qui veut vivre malgre les semeurs de mort. Insolente jeunesse que celle de Paris qui a déjà survécu à temps de révoltes, de bains de sang, de debordements de liesse aussi. ‘Dansons la carmagnole” sur le boulevard Voltaire , la Répiblique, la Bastille et ailleurs !

Plume de Poète
Administrateur
28 mars 2016 7 h 32 min

Superbe Alain !
Avec des mots simples, les maux et les émotions fusent et j’aime beaucoup la chute “Pour faire briller l’espoir”. . .
L’espoir, un mot que j’apprécie à sa juste valeur, symbole du renouveau et de l’attente du meilleur dans le pire . . .
Merci pour ce merveilleux partage !
Amitiés,
Alain