UXOR de Badar

 

UXOR de BADAR …11/2015.
.
Femme, je suis fatigué, mon corps est meurtri.
J’ai travaillé jour et nuit, usées sont mes mains.
J’ai semé, cultivé toujours avec envie
Un jardin d’amour pour enrichir nos demains.
.
Ô ! Regarde moi femme ! Ce qu’a fait le temps:
Visage buriné, corps désarticulé.
Pluie, soleil et vent n’ont pas été indulgents.
Homme épuisé, corps malmené, je suis vanné.
.

Mes mains ont caressé et aussi consolé
La fessée des enfants pourtant bien éduqués.
Petits ! À vous maintenant de continuer
Le chemin de vie au parfum d’humilité.
.
Ô ! Merci femme, toi aussi tu as oeuvré .
Dis moi ! Combien de chaussettes as tu reprisées ?
Nos petits tu les as aimés et adulés .
Avec eux le jardin tu l’as bien cultivé.
.
J’aimais nos dimanches, tu les ensoleillais .
Retour de la messe, je buvais mon rosé.
Tendre souvenir qu’est cette odeur de bouillon,
Et ces effluves de tarte au potimarron.
.
Chérie, je suis esquinté et exténué .
Si tu savais comme je t’ai toujours aimée .
Toi mon autre, tu me fais encore rêver.
Riche de toi, de tes valeurs, je l’ai été .
.
.
Tous droits réservés © BADAR.11/2015.
.
.
.______BADARINE_____
.
J’irai bientôt là-haut
Réserver notre nuage.
Tu verras comme tout y est beau.
Nous nous aimerons encore avec rage,
Nous danserons au clair de lune,
Nos deux âmes ne feront qu’une.
Femme chérie comme tu es belle !
Toute ma vie tu m’as donné des ailes.
Mon sang n’est que le tien.
Tout de moi t’appartient.
Merci Chérie pour cette vie magique;
Comme tu es magnifique .
Je t’aime toi ma femme

10006601_750221855002495_1986742900_n
0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

43 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
17 mars 2016 18 h 28 min

Merci pour ce témoignage d’amour et d’espérance. je vous imagine tous les deux et je me dis : “comme ils sont beaux !”. Merci Dominique pour ce bel hommage à votre moitié

Brahim Boumedien
Membre
17 mars 2016 16 h 27 min

Merci, cher ami, pour ce poème émouvant et d’une sincérité poignante. Une rare reconnaissance de ce que fait en silence une douce moitié. Et ce projet de continuer là-haut l’entente harmonieuse terrestre par un paradis céleste mérité.