Une loi des oies – Christian Satgé

Petite fable affable

 

Qui vous dit « bête comme une oie » ferait mieux
De méditer ce fait connu jusqu’aux cieux.

 

Lorsque Râ reste froid aux plaisirs de ce monde,
À deux doigts de gagner les jardins du Ciel,
Préfère se cacher au fond des flots et de l’onde,
Les escadrilles d’oies vont goûter au miel
D’un séjour plus doux que celui que promettent
Les premiers frimas à nos pauvres pommettes.

 

En formation, leur vol sillonne les nues
Mené par une oie qui sait la voie et le mène
Sans nul excès au but qui était convenu.
Elle assume son rôle, et se met à la peine,
Pas comme ces doctes responsables de tout,
Coupables de rien au moindre mauvais coup.

 

Pour le bien de toutes, elle mène la danse,
Garante de la bonne fortune de leur vol.
Avec leur aval, elle donne la cadence
Sans qu’on lui conteste la pause ou l’envol.
Et dès qu’elle fatigue, elle cède la place,
Offrant la tête de cette flotte à moins lasse.

 

Et elle rentre alors dans le rang, sans ronchonner.
Ainsi de suite, changeant dès que nécessaire
De cheffe, ce V assume sa destinée
Sans qu’aucun de ses membres ne fasse d’ulcère,
Ne se sente relégué ou abandonné
À finir oublié, à périr condamné,…

 

Que ces pratiques inspirent donc nos politiques,
Gens de peu d’éthique, s’accrochant comme tiques…

 

© Christian Satgé – mai 2021

5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

16 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Pascale Jarmuzynski
Membre
5 mai 2021 11 h 34 min

toujours le même plaisir à vous lire Christian …
il est vrai que nos gouvernants … devraient venir vous lire (sourires) … mais ils sont bien trop occupés à penser ….
belle journée à vous.