Ucel en Ardèche – Alain Salvador

A Ucel, la neige est bien là

Recouvrant toits et clocher

Sous le Soleil de mille éclats

Annonçant la nouvelle année

 

Son château en manteau d’hermine

Garde en son sein les jours de liesse

Et ses murs ne sont plus des ruines

Qui l’été accueillent des kermesses

 

Les pigeons serrés sur les toits

Attendent que passe avec ivresse

Pour leur faire oublier le froid

La Blanche colombe telle une Princesse

 

Et l’espoir d’un printemps prochain

D’une chaleur bientôt retrouvée

Fait de merveilleux lendemains

Pour emmener jusqu’à l’été

 

Quant à moi à Ucel  je n’y suis jamais allé

En voyant vos peintures c’est comme si j’y étais né

A travers vos mots le souvenir de mes années

N’était pas dans ces contrées , tout comme votre passé

 

Qu’importe d’où nous venons

L’essentiel est

Savoir où nous allons

Dans l’amitié

 

A.S.

4.5 2 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

11 vues
Alain Salvador

Alain Salvador (254)

Je suis né en 1956, et ai toujours eu le goût pour l’écriture.
Cependant je n’ai fait aucunes études , ni de lettres ou autre chose de bien gratifiant.
Je n’ai qu’un CAP de mécanique en poche et ma vie passée en usine , ma famille avec mes trois enfants, font que depuis ma retraite, j’ai repris du temps pour me consacrer aux mots.
On pourrait dire de moi que je suis plutôt un autodidacte.
Les quelques personnes à qui je fais lire mes textes me disent que j’ai une facilité d’écriture.
A cela je leur réponds: ”ce n’est pas toujours si facile qu’il n’y paraît… ” Et pour l’orthographe, et bien je révise les règles…Il n’est jamais trop tard si l’on veut entreprendre quelque chose dans sa vie.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Jean-Marie Audrain
Modérateur
2 décembre 2020 14 h 51 min

Toute la question est dans la finale. L’important est dans le “où nous allons”. A condition de ne croire ni en la réincarnation ni dans l’Eternel retour sinon nous retournons d’où nus venons. En mécanique tu appellerais cela un retour de manivelle. Cela dit tu nous offres un joli poème telle une invitation au voyage touristique en ta région et ses saisons. Chanceux comme tu es je suis certain que tu y a croisé la pucelle d’Ucel et que, comme aurait dit Rabelais, c’était icelle que tu attendais.

Saber Lahmidi
Membre
30 novembre 2020 14 h 56 min

L’endroit dégageait de la magie et de la splendeur, tout comme le sentiment.

Colette Guinard
Membre
30 novembre 2020 12 h 30 min

L’Ardèche sous la neige est une belle vision , cette neige scintille sous les rayons du soleil et illumine ses maisons