Sous un horizon safrané – Anne Cailloux

Sous un timide soleil, l’horizon s’éveille

Semblable au tableau de Claude Monet

le vent s’invite, dans ce paysage du siècle dernier

se parant de ses premières chaleurs matinales.

 

La moisson des blés à depuis des lunes

épousé la couleur bouton d’or ;

Fiers, les épis se gorgent des derniers grains de soleil.

Dans un soupçon du temps,

les blés se coucheront sur les faucilles

se mariant pour l’éternité.

 

Petits épis de blés, dont les têtes lourdes

se penchent et se couchent alourdis de soleil ;

Le coquelicot, Prince des pâturages

s’est égaré dans cette glèbe

exposant couleur pavot, aux œuvres de Peintres ;

 

Une loyauté qu’il offrira aux grains de blés

suggérant peut-être, un pain aux goûts de pavots ;

Promesse de moisson..

 

Au bord de cet horizon safrané

une vieille femme toute de noire vêtue

chemine vers un sentier, parsemé de noisettes

tirant  lourd fardeau de blé.

 

Un tracteur nous dépasse

filant vers le bourg le plus proche

nous entraînant dans un nuage de poussière d’or

que le vent du soir nous offre

dans un couché flamboyant

digne des plus grands westerns..

 

Le ronronnement d’une éolienne

vient parachever ce paysage

nous rappelant nos jeunes années

nos souvenirs, nos parents ;

Je me souviens, c’était à l’aube de ma vie…

 

©Anne Cailloux

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

27 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
8 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
20 novembre 2018 10 h 39 min

C’est toujours très revigorant et frais. On est vraiment en impressionnisme. Je reprendrais bien un “soupçon de temps” léger, léger !

Christian Satgé
Membre
20 novembre 2018 5 h 29 min

Un véritable tableau, impressionniste à souhait où se mêlent avec bonheur tout ce que le sens nous offre de possibilités “tactiles” pour percevoir le monde. Bravo et merci pour ces images…

ChanTal-C
Membre
20 novembre 2018 0 h 50 min

Bonsoir Anne,
Très joli poème plein d’images rappelant les champs de blé où les coquelicots
fleurissaient d’abondance…
Merci pour ce beau moment
Bises

Chantal

O Delloly
Membre
19 novembre 2018 23 h 12 min

Toujours aussi frais, voire même champêtre.
Vous excellez également dans ce style du vent des saisons et de ses charmes
Merci Bravos
Oliver