Scène au banc – Gaspard Dévoluy

 

Assis sur mon banc de tout le temps,
passaient les princesses parées d’or et d’argent,
au port altier, bien coiffées et joliment fagotées,
mais qui ne me considéraient jamais.

Puis, mes bêtes souliers en guise d’oreiller,
j’écoutais leurs pas saccadés claquer sur le pavé,
couvrant de la hauteur de l’accotement
les plus forts de mes ronflements.

Et, elle, assise à la terrasse du grand café,
criante, elle regimbait devant le garçon étonné,
sa vue gâchée par mon emplacement,
ce dernier me chassa sans ménagements.

.

©Gaspard Dévoluy – juin 2018

Peinture d’ Abdalla Al Omari « Vulnerability series »

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

17 vues
Sauvegardes Poèmes

Sauvegardes Poèmes (538)

Ce compte regroupe tous les poèmes des auteurs qui ne sont plus inscrits sur le site en tant que Membre afin de laisser une trace de leurs textes pour le plaisir des lecteurs depuis le site Plume de Poète.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires