Morphée – Colette Guinard

MORPHÉE

Morphée ,tel un être imaginaire
Tout juste sorti, d’un conte de fée
Dieu des rêves, libre comme l’air
Avec toi, je suis rassurée

Dans tes bras , chaque soir
Je m’abandonne , je me prélasse
Certes ,tu dévoiles ton pouvoir
Tes bras s’ouvrent et tu m’enlaces

Tu me conduit vers une nuit étoilée
Dans un sommeil profond
Plus d’ennuis,plus de soucis
Plus rien ne me morfond

Je suis heureuse et rassasiée
De tout ce bonheur offert sous abris
Où dans mes rêves tu me conduis
Vers de fabuleux horizons

Morphée ,contre toi, je voudrai rester
Et ne plus jamais me réveiller

Texte de Colette Guinard

4 3 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

32 vues
Colette Guinard

Colette Guinard (432)

Je suis marié à Jean depuis 63 ans ,nous nous sommes connus gamins 14 et 17 ans , nous nous aimons d’un amour idyllique qui a enrichi ma vie et m’a donné des ailes ,de l’inspiration pour la peinture,la sculpture, la poésie , je suis en fauteuil roulant depuis treize ans après un A V C !
Actuellement je vis dans un résidence seniors afin d’être proche de mon époux qui est en face dans un ehpad en fauteuil roulant lui aussi ayant fait un très grave A V C il a perdu toute son autonomie mais garde intact son intellect ce qui nous permet de vivre notre complicité !

Nos quatre enfants nous ont donné une grande famille Jean et moi attendons ensembles le bout du chemin main dans la main, rien ne vaut la vie elle mérite d’être vécue

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Lucienne Maville-Anku
Membre
28 janvier 2021 0 h 12 min

Ce texte semble aussi une belle suite à votre poème “Tempête” que j’ai bien aimé.
Merci, Colette.

Lucienne Maville-Anku
Membre
28 janvier 2021 0 h 03 min

“…Où dans mes rêves tu me conduis
vers de fabuleux horizons
Morphée ,contre toi, je voudrai rester
Et ne plus jamais me réveiller”

Colette, on a besoin de continuer à lire et à apprécier les “vers de vos fabuleux horizons”.

Alain Salvador
Membre
25 janvier 2021 19 h 27 min

Que vous nous reviniez chaque matin
Pour nous régaler de vos quatrains
Morphée vous le retrouverez le soir
En attendant prenez votre écritoire
Pour nous écrire de belles histoires
Sorties du fond de vos mémoires