Mémé et le premier mai ! – Lazhar Djaballah.

Mémé et le premier mai !
Mais c’est le premier mai, mémé.
Quand seras-tu parmi les retraités?
T’as fait une carrière de misère,mémé.
T’as bossé plus d’une quarantaine,mémé.
En fin de compte,on t’a pas assez payé.
On t’as vachement tabassé,mémé.
Et on t’a jeté tel un os sucé,mémé.
Tes gosses pour qui tu t’es usée,t’ont quittée.
Avec ton mari,vous êtes divorcés,mémé.
Il t’a changé avec une autre mariée,mémé.
À quoi sert d’enfanter,d’élever pour être délaissée.
Dans une hospice éloignée avec des vieillards toqués?
À quoi bon de se marier pour être trahi et mal traité?
Hé,bande de jeunes ingrats échoués, prenez soin de votre mémé.
Car un jour vous allez devenir des gens très âgés.
Et vous aurez besoin de vos enfants pour vous aider.
Lazhar ben Lamine Djaballah.
Touggourt.Algérie.
01/05/2017.
Poète des Oasis.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

6 vues
Lazhar Djaballah

Lazhar Djaballah (66)

Je suis poète amateur. Amoureux des vers. Les miens sont un peu sous la hauteur. Je lis les romans et les œuvres littéraires J'aime beaucoup les fleurs, Les jolies filles aux beaux yeux verts, Les brunettes charment mon cœur. J'aime les voyages et l'amitié sincère. J'habite au milieu des grands déserts. Dans les oasis au climat sec et chaleur. El-Oued et Touggourt, mes villes chères. J'étais élève et maintenant professeur. Quand j'était enfant,j'avais tant souffert, Des séquelles d'une médicale erreur. Je claudique par un steppage sévère. Une paralysie des membres inférieurs. Ma chère mère existe après cher père. Mes quatre beau-gosses sont rêveurs. Moi et mon épouse,nous sommes fiers. Je suis citoyen respectant les valeurs. Ni riche ,ni pauvre,mais j'en suis fier. Musulman,croyant,n'ayant pas peur. De ceux sous-estimant mes caractères. Lazhar ben Lamine Djaballah. Touggourt.Algérie. Poète des Oasis.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires