Le singe et le curé – Christian Satgé

 

 © Christian Satgé – avril 2016

         Petite fable affable

 

Un quadrumane singeait

Les passants jeunes, âgés,…

Imitait la démarche

Des dindes, des matriarches,…

Des gosses, il se gaussait

Jouant à se rehausser.

Il mimait les mimiques

Qu’il trouvait les plus comiques.

Bref des Hommes il s’amusait,

Comme eux, de lui, s’amusaient.

 

Un prêtre vint vers sa cage

Et s’offusqua sans ambages

Que l’animal contrefit,

Avec un air de défi,

Les traits durs de son visage.

Voilà qui n’est pas d’usage

Devant un porte-missel

Ne fût-il qu’un demi-sel.

Il tance ce gros microbe

Qui a insulté sa robe :

« La bête, reste à ta place !

À grimacer, rouler des yeux,

Tu déshonores la face 

Que t’ont donnée les Cieux ! »

 

Mais grande fut sa surprise,

Au point qu’il crut à méprise

Ou à un tour du Malin

Quand répond le fagotin

Avec un large sourire :

« Ah, que voilà un bon prêtre

Ayant bien appris ses letttres :

En t’arrêtant à si peu

Oserais-tu me dire en face,

Que tu honores la place

Que t’a offerte ton Dieu ? »

 

 

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

81 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires